1. Convoitise généreuse


    Datte: 03/04/2021, Catégories: f, h, ffh, religion, forêt, amour, cérébral, revede, Voyeur / Exhib / Nudisme Masturbation confession, Humour fantastiqu, Auteur: Collectif Antilogies

    La collection « Antilogies » regroupe des textes courts, proposés par un panel d’auteurs recomposé en fonction du sujet « antilogique » mis en ligne sur le forum Revebebe durant le mois en cours – tout membre peut soumettre son ou ses sujets d’antilogies.
    
    Tous les lecteurs peuvent avoir accès au forum pour participer – ça se passe dans l’espace public !
    
    Pour en savoir plus,cliquez ici.
    
    Sommaire :
    
    Jeudi 17
    
    La grille avait disparu, livrant ainsi à mes lèvres celles de Lucile. Puis toute séparation entre elle et moi, si bien qu’elle avança les mains, écarta le bas de ma soutane et approcha sa bouche de mon bas-ventre. Les rêves font fi de la logique, ma soutane s’était ouverte sans avoir été déboutonnée et cela ne m’a pas étonné. Mes draps ont une fois encore gardé la trace de mon plaisir. Est-on responsable de ses rêves ? La question se pose pour moi, qui suis un être que tourmentent tant de désirs impurs. Pour autant, je ne suis pas homme à utiliser haire et discipline comme le personnage de cette comédie dont Monseigneur dit le plus grand mal. Je pense en effet que la souffrance que l’on s’inflige nous procure trop souvent une jouissance malsaine. Quoi que l’on fasse, c’est le démon qui est vainqueur, les messieurs de Port-Royal n’ont peut-être pas tort.
    
    — Vous êtes le mieux à même, m’a dit Monseigneur, de confesser ces saintes filles, qui ne doivent pas avoir grand-chose à se reprocher.
    
    Quel aveuglement que le sien ! Ou quelle hypocrisie peut-être, ...
    ... car les hauts prélats prennent souvent bien des libertés avec les commandements de l’Église.
    
    — Mon père, j’ai gravement péché car j’ai été impure, seule et avec d’autres… Mon père j’ai de mauvaises pensées, des idées de luxure et j’y succombe trop souvent… Mon père je quitte ma cellule, la nuit, toute nue, pour en rejoindre une autre… Mon père quand on me sollicite je ne dis pas non et le plaisir coupable que j’en ressens est ineffable. Punissez-moi !
    
    Elles ne me disent pas qui les sollicite mais je le sais. C’est leur mère supérieure, qui doit avoir son propre confesseur, car elle m’ignore. Les autres me demandent sans cesse de douloureuses pénitences, si bien que certains de mes rêves sont peuplés de filles nues que je fouette vigoureusement, et j’en souille mes draps. D’aucuns affirment que nos rêves ne sont pas condamnables s’ils ne résultent pas d’une complaisance de notre part quand nous sommes éveillés. Or je suis de toute évidence coupable de cette complaisance. Je m’en confesse au vieux père Guillaume, qui en a entendu bien d’autres et qui me donne l’absolution comme on jette une aumône.
    
    Vendredi 18
    
    Ce matin Lucile murmure et je sens un léger souffle contre mon oreille. Je tourne un peu la tête et je respire son haleine. Je ne l’entends plus mais peu m’importe, c’est toujours la même chose : mon père punissez-moi parce que j’ai péché. Elle devait dire bénissez-moi, elle ne l’ignore pas. Elle me confie qu’elle regrette d’avoir trop souvent la faiblesse de ...
«1234...11»