1. La grosse surprise de Mme Stroke (9)


    Datte: 21/03/2021, Catégories: Transexuels Auteur: bgp

    Je m’assois sur le lit et la douleur sur mon petit cul meurtri me rappelle la fessée de la géante, sans parler du pilonnage qu’elle m’a fait endurer. C’est clair que plus jamais je n’oublierai de changer de culotte ! Je me lève et enlève le peu de vêtements qu’il me reste et qui sont souillés par mon sperme et le sien. Je vais dans la douche pour nettoyer ma petit raie puis me sèche et me plante devant le “placard à sissy” pour choisir ma nouvelle tenue. Je veux me faire pardonner mon oubli en étant la plus belle et la plus sexy possible. Je choisis une mini culotte rose, presque fluo, que je cache sous une petite jupe légère et blanche, qui m’arrive un peu au dessus des genoux, suffisamment transparente pour que l’on devine ce qu’il y a en dessous. Cette jupe souligne la finesse de ma taille que j’ai envie que l’on voit. Je mets une simple brassière sans bretelle pour cacher ma poitrine. J’aime la manière dont elle fait ressortir mes épaules délicates et mon cou de cygne. Et puis il y a cette perruque brune qui m’a sautée aux yeux la première fois que Sasha a ouvert le placard. Je l’enlève de son support et la place sur ma tête. Je n’ai aucune idée de comment m’y prendre et le premier résultat est désastreux, mais après l’avoir arrangée, c’est une pure réussite. Les cheveux aussi noirs que les plumes d’un jais, coupés au carré, m’arrivent quelques centimètres au dessus des épaules. Ils font ressortir mes yeux bleus clairs et affinent encore plus mon visage. Je n’ose me ...
    ... maquiller. Sasha m’a dit que je n’en avais pas besoin, mais peut-être que juste un peu de rouge à lèvre… Je prends le nécessaire à maquillage et vais devant le miroir de la salle de bain. Je dessine mes fines lèvres avec précaution et le résultat est bluffant ! Comment Sasha pourrait me reprocher d’être aussi désirable ! Me sentant si bien inspiré, je me laisse guider parce que j’ai toujours aimé voir sur une fille: les bas. J’en choisis des blancs, qui arrivent au dessus de mes genoux, à peine quelques centimètre en dessous la jupe. Ils habillent sensuellement l’arrière de mes jambes de lacets en trompe l’oeil, couronnés d’un petit noeud en dentelle. Mes jambes de gazelle paraissent plus fines que jamais. Mais que mettre comme chaussures ? Peut-être ces bottines blanches ? Bingo, c’est juste ce qu’il me faut !
    
    Je me regarde sous toutes les coutures dans le miroir, dansant et virevoltant pour que la jupe s’envole. Je me trouve parfaite ! Il ne me manque que quelques formes bien placées pour danser aux Crasy Horse !
    
    Je décide d’apporter de quoi se désaltérer à ma maîtresse qui doit suer sous le soleil de cette fin de matinée. Il faut qu’elle me voit ! Je prépare un plateau et le lui apporte.
    
    Je trouve la géante avec une hache à la main en train de fendre des bûches. Elle a attaché le haut de sa combinaison autour de sa taille. Elle me fait l’effet d’une déesse africaine qui pourfend les bûches comme si c’était une horde de loups maléfiques qui veulent manger la petite ...
«123»