1. Ma-Pi à Ibiza


    Datte: 23/02/2021, Catégories: fh, inconnu, vacances, Oral pénétratio, journal, Auteur: Single H

    6 ans… 6 ans déjà que je suis mariée…
    
    6 jours… 6 jours que l’avion s’est posé à Ibiza.
    
    Nous sommes quatre, ma belle-mère qui organise et paie le voyage, mes deux enfants et moi-même.
    
    Quelques mots en espagnol me tirent de mes réflexions. Je me retourne et m’assieds sur la chaise longue qui borde la piscine de l’hôtel. Le garçon nous apporte nos consommations et je prends, enfin, le temps d’un peu le détailler.
    
    Pas mal, mais rien d’extraordinaire. Si, peut-être ses yeux, que je sens posés sur moi, comme quand je nage. Il faut dire qu’il n’y a pas grand monde en ce début mai et, mis à part quelques Allemandes sur le retour d’âge, pas grand-chose à regarder. Moi, malgré mes deux maternités, j’entame à peine la trentaine et mon corps reste encore bien ferme.
    
    Je lui souris en le remerciant. Il jette un regard furtif aux alentours et dans un français très approximatif :
    
    — Discuter… nous… 16 heures… devant douches ?
    
    Après tout, pourquoi pas ? Je m’ennuie ici. Toujours chaperonnée par belle-maman, toujours m’occuper des enfants… Petite vie sans relief. Discuter avec un nouvel interlocuteur : pourquoi pas ?
    
    J’oublie ma réserve habituelle et m’entends lui répondre avec mon plus beau sourire :
    
    — OK, 16 heures.
    
    15 h 55. Je n’arrête pas de regarder ma montre. Une heure entière que je n’arrête pas d’enchaîner les longueurs dans la piscine. Mon corps me trouble et c’est la première fois que je ressens ces émotions.
    
    Je sors précipitamment de la piscine, attrape ma serviette de bain et lance à ma belle-mère :
    
    — Vous surveillez les enfants ? Je file prendre une douche.
    
    Je n’attends pas sa réponse et pars à grandes enjambées vers le bloc sanitaire.
    
    Cela doit sûrement l’étonner ; habituellement, je prends ma douche dans la chambre. Et puis tant pis, ce n’est pas la première fois qu’elle me prendra pour une folle.
    
    Je suis arrivée et il est là. Il jette sa cigarette par terre et l’écrase de la pointe du pied. Je réponds à son sourire. Il parle vite, trop vite mêlant espagnol, anglais, français. L’espagnol, je ne connais pas, mon anglais est purement scolaire et déjà rouillé. Je saisis à peine :
    
    — amour… belle… désir… ce soir… 20 heures… chambre 1311.
    
    Moi ? Un rendez-vous galant avec un inconnu… J’ai le corps qui brûle et perds le contrôle. C’est bizarre cette sensation au niveau de mon sexe… jamais connu cela avec mon mari. Juste un vague souvenir quand j’étais gamine, au cours de gymnastique. J’adorais grimper à la corde et frotter mon sexe contre le chanvre. Je prenais du temps, et du plaisir, à monter et à descendre. J’aimais ce plaisir diffus et étrange. C’est le seul exercice durant lequel, plusieurs fois, je remplaçais quelques condisciples.
    
    Ibiza, devant les douches : le garçon, dont j’ignore toujours le nom, prend mes mains et plonge ses yeux noirs dans les miens. Vite, une réponse… Comme tout à l’heure, je lui lance en souriant :
    
    — OK.
    
    Il me prend dans ses bras et m’embrasse ; j’ouvre la bouche pour ...
«123»