1. Banquière perverse (27)


    Datte: 21/02/2021, Catégories: Partouze / Groupe Auteur: Pikatchu

    Rappel du chapitre précédent :
    
    Après avoir cherché pendant deux jours, nous avons enfin trouvé «l’homme idéal » pour Jelila. Par texto, nous lui avions envoyé des photos de Heubi ; emballée, elle veut le voir et nous demande même de le prendre à la maison. Mais Gladice décida d’essayer à tout prix ce bel étalon et m’avait demandé une chose incroyable. Pour voir jusqu’où je pouvais aller par amour pour elle, elle me demanda de me faire sodomiser, devant elle, par ce sauvage monté comme un terreau. Comme je suis prêt à tout pour elle, j’avais alors accepté ; non sans quelques appréhensions.
    
    —ooOoo—
    
    Gladice et moi terminons nos préparations. Heubi revient de se préparer, et se présente à nous entièrement nu. Je dois avouer que c’est un choc pour moi, le corps entièrement huilé lui donne un air de gladiateur prêt à aller au combat ; il est incroyablement beau ! Son corps reflète la puissance, son visage la douceur ; je suis persuadé que cet homme doit ressembler à un gros nounours câlin et doux. J’espère vraiment qu’il fera le bonheur de Jelila.
    
    — Waouh… ! Quel homme tu fais !s’exclame ma chérie.
    
    — Ma chérie, tu as raison ; il est magnifique !
    
    — Attendez les gars ! J’ai une idée : j’ai envie de changer la règle pour ce soir, habillons-nous ; et nous allons bien nous amuser.
    
    — Comme tu veux, on met quoi ?
    
    — Chacun fait comme il a envie, et on se retrouve au salon.
    
    Pour moi c’est vite fait, un short moulant et un débardeur filet seront parfaits pour cette soirée qui s’annonce riche et sensations. Notre black n’ayant pas de tenue de rechange et trop grand et trop baraqué pour rentrer dans mes fringues remet sonJeans Léviset son tee-shirt. Puis nous nous rejoignons dans le salon, le temps que ma Chérie arrive, je propose à boire.
    
    — Tu veux boire quelque chose ?
    
    — Avec plaisir, tu as de la bière ; mon Poulet ?
    
    Surpris, je ne réponds rien et je vais chercher deux bières et le rejoins.
    
    — Tiens mon gros !je lui dis en lui tendant sa bière.Tu deviens très familier, je trouve !
    
    — Comme nous allons nous fourrer le trou du cul, je pense qu’on peut se laisser aller à quelques familiarités ; qu’en penses-tu ?
    
    — Tu as raison, mais dis-moi ça ne te gêne pas de…
    
    — T’enculer, pas du tout, je suis bi ! Je suis persuadé que tu vas aimer.
    
    — Je ne sais pas, mais dis-moi ; c’est elle qui t’a demandé de me faire ça ?
    
    — Oui, elle m’a tout expliqué ; t’es vachement amoureux d’elle pour accepter un truc pareil. D’autant plus que sans vouloir me vanter, j’en ai une belle.
    
    — Bon, on verra bien ! À la tienne, Mec !
    
    Nous nous installons sur l’immense canapé d’angle convertible qui peut largement accueillir largement six personnes. Nous trinquons en sirotant tranquillement, nous discutons, et il me convint que nous allons faire à ma chérie un joli spectacle. Une fois qu’elle sera bien excitée, nous la prendrons à deux, et la « Déglinguer ! » comme elle dit. Je sais qu’elle en a très envie, ce soir je veux qu’elle soit ...
«1234...7»