1. 3ème rencontre


    Datte: 02/02/2021, Catégories: BDSM / Fétichisme Gay Masturbation Auteur: SoumiseKriss

    C’est ma troisième rencontre avec mon Maître. Cela fait plus de 2 mois que nous ne nous sommes pas vus, avec nos différentes vacances.
    
    Je me prépare d’autant plus que j’ai acheté de nouvelles choses.
    
    Que vais-je mettre ... comme vêtements, bien entendu, vu qu’il est hors de question qu’une putain mette autre chose que des « vêtements » ?
    
    J’enfile les bas blancs qui m’arrivent à mi-cuisse. La seule chose que j’enfilerai aujourd’hui, avec la bite de mon Maître que j’aurai grand plaisir à sucer. Cette idée m’excite. Heureusement, j’ai déjà la cage de mon clito : il grossit sous l’excitation, mais est bloqué par la cage. Cela décuple mon envie de me faire baiser comme une grosse salope. Le body de dentelle blanche est coordonné avec les bas. Il est légèrement rembourré au niveau de la poitrine, mais ne la renforce pas exagérément : mon 100A est comme il faut dedans. Je referme les pressions en bas du body : cela appuie légèrement sur le rosebud et beaucoup plus sur la cage. Mes ovaires sont donc légèrement écrasés par l’anneau de ma nouvelle cage.
    
    Je passe le porte jarretelle blanc, aussi en dentelle pour maintenir les bas. Je suis nerveuse et je prends plus de temps que je n’en voudrais pour maintenir les bas sur le porte-jarretelle. Mais c’est fait.
    
    Maintenant, je passe les nouveaux talons aiguille que j’ai achetés : leur bleu roi s’accorde bien avec le reste de la tenue blanche.
    
    J’accroche le collier de chien, les bracelets aux poignets et aux chevilles. ...
    ... Je suis prête. Rester la mise en scène. J’apporte la chaise du Maître dans l’axe du lit sur lequel je cambrerai mon dos pour qu’il est la plus belle vue possible sur mon arrière train plugué, et la cage, en partie dissimulée par le body.
    
    Je passe mes nouvelles sangles à chaque pied de lit et accroche chevilles et poignets à celles-ci. J’attends 15 minutes dans cette position offerte, comme il se doit pour une putain. Le Maître arrive. J’entends qu’il se déshabille. Il entre et admire sa sissy. J’ai encore progressé dans la perversité en m’accrochant au lit. Il aime et me le dit. Cela ne l’empêche pas de prendre la cravache et de me fesser. Je n’ai pas été très obéissante cet été en ne portant pas assez la cage et le rosebud. Ma nouvelle cage, plus petite, dans laquelle mon clito est plus à l’étroit. Il joue avec et me masse fermement les ovaires : j’ai un peu mal. Normal : déjà une sissy ne mérite pas vraiment le respect. Elle est là pour satisfaire son Maître et les invités, hommes ou femmes qu’il lui présente. Une sissy désobéissante mérite encore moins de respect mais surtout une punition.
    
    Rapidement, le Maître contourne le lit et se place devant moi : je le suce longuement pendant qu’il me cravache les fesses. Cela me plait.
    
    Il me traite de salope et me demande si j’ai bien initié le jeune rencontré pendant l’été et pour lequel j’ai raconté par écrit ma rencontre. Oui Maître, le puceau, tellement il était excité, m’a joui dans les mains pendant qu’il suçait mon ...
«12»