1. La descente aux enfers


    Datte: 02/02/2021, Catégories: fh, ff, fhh, frousses, extracon, voisins, Voyeur / Exhib / Nudisme Masturbation Oral 69, double, fdanus, fsodo, mélo, Auteur: Le jeune homme vert

    Paul se souvenait qu’il avait été heureux à une époque. Mais c’était il y a bien longtemps. Un an au moins. Une éternité.
    
    C’était une belle journée de juin et l’année scolaire touchait à sa fin. Tous les élèves du lycée où il enseignait l’économie dans la région parisienne s’étaient mis en grève pour un problème de cantine scolaire survenu le midi. À son avis, plutôt pour avoir un avant-goût des vacances. Il se revoyait, fredonnant dans sa petite voiture, content de rentrer beaucoup plus tôt que prévu chez lui et de partager une après-midi calme avec son épouse.
    
    La première chose qu’il avait notée en arrivant était l’automobile garée dans l’allée de son pavillon de banlieue qui l’avait obligé à stopper plus loin dans la rue. Puis, quand il était entré doucement, la plainte continue qui s’échappait de la chambre. Enfin, derrière la porte entrebâillée, sa femme à quatre pattes sur le lit, entièrement nue.
    
    Comme dans un cauchemar, il avait enregistré ses lèvres fardées d’un rouge trop vif qui coulissaient sur le mat d’un jeune Arabe qui ne devait pas avoir vingt ans. Puis sa main qui caressait deux grosses couilles velues pendant que le gland allait et venait jusqu’au fond de sa gorge. Puis ses gros seins lourds qui pendaient sous son corps. Et encore deux mains, noires et puissantes, accrochées sur ses hanches arrondies. Et, pour finir, une longue tige d’ébène, fine mais immense, qui pénétrait sans relâche le sexe et le cul potelé, passant de l’un à l’autre sans ...
    ... répit. La bouche, pleine du sexe de l’Arabe, laissait échapper les gémissements du plaisir de son épouse.
    
    Le soir même, il faisait sa valise et s’installait temporairement chez un ami. En septembre, il faisait la rentrée scolaire à Guéret, préfecture de la Creuse. En fait, il avait surtout fui son ombre, écœuré bien plus par sa lâcheté que par le comportement de son épouse. Tout d’abord, parce que le spectacle, au lieu de le dégoûter, l’avait prodigieusement excité. Au lieu d’intervenir ou de s’enfuir, il était resté tapi derrière la porte, à l’abri de l’obscurité du couloir, et avait sorti son sexe pour se masturber.
    
    Quand le noir s’était répandu dans le cul de son épouse, il avait joui en même temps que lui. Puis, toujours sans intervenir, il avait contemplé sans un mot et toujours aussi discrètement le deuxième épisode du programme. Son épouse, après avoir longuement sucé le noir et l’arabe pour les remettre en forme, avait fait allonger le noir sur le lit et s’était empalée sur le mat dressé.
    
    Puis, se penchant vers l’avant, elle lui avait offert sa bouche pour un baiser torride. Enfin, écartant ses fesses de ses mains, elle avait invité l’arabe à la sodomiser à son tour. Les deux hommes, bien raides, avaient fait durer la séance longtemps, faisant perdre toute notion du temps à Paul derrière la porte. Le spectacle était tellement cru qu’il avait repris sa queue dans sa main. Et, une nouvelle fois, sa jouissance était venue quand les deux hommes s’étaient répandus en ...
«1234»