1. Réaliser l'épreuve imposée par Mon Maître (3)


    Datte: 12/01/2021, Catégories: BDSM / Fétichisme Auteur: tina chienne soumise

    Bonjour tina,
    
    Vendredi tu es seule chez toi, tu mettras ton collier, nue tu iras à une fenêtre qui donne sur la rue et tu y resteras 1mn debout, jambes écartées, mains derrière la nuque.
    
    MAITRE OLIVIER dresseur de sa soumise, tina la chienne.
    
    Bonjour Maitre,
    
    C’est le cœur battant, une anxiété en moi faisant trembler légèrement mes mains, que je suis nue avec mon collier. Troublée par l’angoisse, mais aussi une boule au ventre mélange d’excitation et de peur Maître.
    
    Comment vous dire, tétanisée; non ce n’est pas le mot, frémissante disons de honte, de peur, cérébralement déstabilisée si j’ose dire, mais le corps réagissant autrement. Des seins tendus par l’excitation, une chaleur dans le bas ventre, en opposition à la honte et l’angoisse mentale.
    
    Comme vous le demandiez, je suis descendue devant la fenêtre qui donne sur la rue. j’ai entre ouvert le rideau, un voilage fin qui laisse quand même passer la vue de la rue tout en estompant disons la vision.
    
    La debout, les yeux clos n’osant regarder ce qu’il y avait dans la rue, j’ai compté mentalement 1 minute……Tout ce temps le cerveau en ébullition, partagé entre la honte du plaisir et la honte de m exhiber……
    
    tina la chienne de Maitre Olivier à utiliser.
    
    tina,
    
    Ce matin tu te mettras nue sous un manteau et tu te rendras dans un lieu public de ton choix.
    
    Je veux que tu te sentes humiliée d’être nue en public et que tu te sentes chienne, à ta place.
    
    MAITRE OLIVIER dresseur de sa femelle
    
    Bonjour Maitre,
    
    Comme promis j’ai réussi à faire l’épreuve que vous m’aviez imposée.
    
    Hier, ayant un peu de temps entre midi et deux, j’ai pris la décision de la réaliser.
    
    Je suis rentrée chez moi pour me changer. Je dois dire que sur le chemin je n’ai fait que penser à ce que j’allais faire. Un trouble que dire plus que ça, de l’angoisse de la peur, de la honte, mais aussi je peux vous l’avouer, un désir, presque une excitation.
    
    Je suis rentrée chez moi, les mains légèrement tremblante, en sachant ce que j’allais faire, du mal à ouvrir la porte.
    
    Je suis restée un moment le dos collé à la porte, essayant de faire le vide dans ma tête, ne plus penser qu’a vous. Respirant lentement pour essayer de retrouver un certain calme.
    
    Puis d’un coup la décision prise, je suis allée dans la chambre me suis mise nue, dans le dressing j’ai pris la gabardine que j’ai passé. Nouée la ceinture a la taille. En passant devant la glace, je me suis regardé, honteuse le cœur battant a la chamade, je me suis dit je ne peux pas faire ça. J’ai fermé les yeux et je ne me suis plus regardé. J’ai "foncé" a la voiture avec le peu de détermination qui me rester pour me pas flancher.
    
    Je suis partie, je peux vous dire que ma conduite n’était pas fluide, ou plutôt «décontractée". Les genoux tremblaient légèrement, un picotement dans les mains, une boule dans la gorge. Enfin tous ce qui peut "matérialiser" un choc, une angoisse, de la peur.
    
    Arrivé a un petit centre commercial, une grande ...
«123»