1. Sarah et Son Fils Esclave 01


    Datte: 12/01/2021, Catégories: Inceste / Tabou Auteur: bymafe

    Sarah stoppa sa moto sur la place du village. Elle paraissait toute petite sur la grosse cylindrée. Seuls les rares touristes en ce début mai la dévisageaient. Les habitants de ce village de Haute Provence ne lui portaient aucune attention, pas plus qu'à son fils, filiforme jeune homme couvé par sa mère. Il se dirigea vers la boulangerie, prit la commande, régla et vérifia la monnaie. Martine l'opulente boulangère lui demanda :
    
    - Alors Martin, toujours deux baguettes?
    
    - Oui, Madame.
    
    - Passe le bonjour à ta maman.
    
    - Bien Madame.
    
    Martin sorti de la boulangerie, rejoignit sa mère. Elégante dans sa robe à fleurs, chaussée de sandales aux talons vertigineux, Sarah contrastait avec son fils. Déterminée, extravertie, elle croquait la vie à pleines dents. Sa tenue peu propice à faire de la moto l'excitait, elle savait attirer les regards masculins. D'ailleurs les vendeurs du marché ne lui faisaient plus d'avances, Sarah ne les aurait pas accepté. Certains pensaient qu'elle était nymphomane, d'autres qu'elle organisait des parties dans la plus belle villa du village. Sarah aimait aguicher, elle voyait le regard jaloux des femmes, même des jeunes. Pourtant elle était respectée par tous depuis qu'elle avait tiré sur un voleur dans sa propriété. Elle avait contribué à l'arrestation d'une bande sévissant dans la région.
    
    Manipuler était un jeu pour elle, si un male succombait à ses charmes, il devenait sa chose, patiemment il perdait ses certitudes de male dominateur pour se transformer en marionnette. Au lit elle prenait le pouvoir, dominait les ébats. Malheur au pauvre qui ne la satisfaisait pas au bout de la nuit. Pourtant, tous gardaient un souvenir impérissable de ces nuits d'amour, la meilleure expérience de leurs vies. Lorsqu'elle les jetait, car Sarah n'aimait pas s'attacher, ils étaient des loques, bafoués dans leurs orgueils, humiliés mais heureux d'avoir partagé quelques heures d'une sacrée femme.
    
    Martin lui avait la chance de partager la vie de Sarah. Peu de gens l'envieraient s'ils connaissaient la vérité. Martin lui s'en accommodait. Timide, il ne connaissait rien de la vie extérieure. Mais il aimait sa vie. Dix huit années de joie à servir une femme et quelle femme! Energique, capricieuse Sarah avait enseigné à son fils l'art de l'aimer au-delà de toutes les contraintes sociales, de toute morale, au delà de toutes limites. Il vivait nu, toujours disponible pour servir son exigeante génitrice. Sarah alternait les douceurs, câlins, baisers, caresses et l'autorité. Ses ordres n'attendaient pas, obéir était impératif. Les travaux ménager, l'entretien de la vaste demeure mais aussi de la garde robe de Sarah et des ses chaussures occupait le plus clair de son temps. Mais il était aussi chargé du corps de sa mère, massages, vernis à ongles, soins de beauté. Souvent son pénis se cabrait, se gonflait de désir. Il aimait alors sentir les doigts qui enveloppaient son membre, lui procuraient d'incroyables sensations. Sarah prenait garde ...
«1234...»