1. L antichambre de l amour


    Datte: 11/01/2021, Catégories: Anal Mature, Première fois Auteur: BAZOUK1

    Cet été je me suis relativement ennuyé. Notamment à quelques jours de partir en un village vacances où nous avions nos habitudes. Où sévissaient quelques bons amis et potentiels amants. J'étais toujours assurée de m'y amuser et d'y flatter mon vice. Sea sex and sun n'était pas là-bas un vain programme. En attendant je dus essuyer durant une curieuse semaine un coup de blues. Mon mari devait clore sa saison par une mission à l'étranger pour nombre de jours. Il était familier de ce genre d'escapade. J'en prenais le parti et en profitais du coup.
    
    N'empêche nombre de mes amants habituels étaient éparpillés. Ils avaient pour la plupart plié bagages avec femme et gosses. J'eus un sentiment poignant de solitude voire d'abandon. Cela est néfaste quand on a passé quarante ans. On se fait idée de n’être qu'une vieille chaussette oubliée sous un lit. Enfin un mauvais jour de pluie me mit dans un état trop singulier de sinistrose. Il me fallait réagir. En ces occasions le hasard ou le Diable vous tendent la main. Ma voiture aussi me jouait quelque tour. Je dus recourir à Armand le garagiste.
    
    Il œuvrait à deux pâtés de maison. Pour chance sa fermeture annuelle ne survenait que dans quelques jours. Il avait toujours été réglo et compétent. Je me défiais de recourir à un autre pour mon auto. Il me draguait comme les autres. Cependant il n’avait rien obtenu de moi. Non point que sa vilaine tête et sa bedaine me répugnassent car j'avais bien fait pire mais par malice j'avais cru devoir le ranger dans la catégorie maudite de ceux qui ne me sauteraient jamais. N'allez pas demander le pourquoi d'un caprice d’une femme.
    
    Peut-être était-il inconsciemment pour moi comme un bouc émissaire payant pour les autres. Il ne m'en fit pas moins sa cour habituelle et assidue d'autant que j'arborais dès le premier rayon venu une mini jupe. Il me savait dessous un string. Moyen de montrer à n'importe quel mâle mes fesses et un cul que je savais si décisif à maints égards. Je ne refusais pas de me baisser à l’occasion. Rien ne m'excitait davantage que de sentir un type bander et écarquiller les yeux à un tel spectacle. Indubitablement j’étais une garce et cela ne s'arrangeait pas avec l'âge.
    
    Armand quoique je le dédaignas eût droit à ce même traitement. Hormis que ce jour je découvris à ses côtés un fort joli garçon baragouinant un singulier français. Il se nommait Casimir. Il venait de Pologne. Ses larges épaules et son magnifique sourire achevèrent de me conquérir d'autant que la réciproque parut vraie. Je fais cet effet aux jeunes mâles. Ils sont assurés d’apprendre beaucoup de choses auprès de moi. Ils adorent jouer du muscle et me montrer ce qu'ils savent faire dans un lit. La connivence fut immédiate. En un instant Casimir et moi nous fîmes la paire.
    
    Le manège n’échappa à Armand. Il aurait pu en porter ombrage. Il avait cependant assez de bon sens pour admettre qu'il ne pouvait décemment rivaliser avec Apollon. Je n'étais pas la première garce qui avait craqué. ...
«1234»