1. Le Motel


    Datte: 10/01/2021, Catégories: Partouze / Groupe Première fois Auteur: pompier37

    Il est des héritages bizarres. Ce fut mon cas quand je devins propriétaire d’un motel en bordure d’une nationale, juste à la sortie de l’autoroute. Mon grand père y gagnait bien sa vie. Je rêvais d’en faire autant. Au début de mon installation tout va bien, les choses déclinent petit à petit. J’apprends que mon brave grand père employait des serveuses, des femmes de chambre spéciales. Ainsi il menait sa barque avec les prostituées. Je ne pouvais me résoudre aux mêmes procédés.
    
    Un soir, vers 22 heures je reçois un coup de fil d’un des chalets. Si je me souviens bien je l’ai loué à un homme d’une cinquantaine d’années. Qu’est ce qui se passe. Je fais voir ce brave homme qui sort de la douche enveloppé dans une serviette.
    
    - La vidange fuit, il faut y faire quelques choses, mais je vous ai dérangé pour autre chose plus importante.
    
    Je vois de quoi il s’agit quand il s’assoit sur le lit : une belle bosse déforme la serviette. Je regarde sa déformation en pensant que je n’ai pas baisé depuis plusieurs mois. Il me donne envie.
    
    Je me penche à peine, je prends sa queue dans la main, je la sort de la serviette. Sa nudité m’excite pas mal. Il est mignon, bien fichu. Je le regarde dans les yeux quand je commence à le branler. Ma main reprend vite le rythme que je connaissais de la masturbation.
    
    Je sens que mon string se mouille. Je sais que s’il me fait une proposition indécente, je risque de succomber. Il ne dit rien, il prend ma main, m’approche de lui. Il me donne ses lèvres. Je me laisse aller à un baiser profond. Il me caresse les seins, le ventre ; passe une main sous la robe. Il monte vers ma chatte. Je ne veux pas qu’il me fasse l’amour….. Je me laisse aller quand il me caresse la corolle. Le clitoris me fait jouir une fois. Après tout, pour une fois, à cette heure tardive, personne ne viendra plus, je me laisse aller. Je me déshabille devant un inconnu. Il vient sur moi m’impose sa queue dans le vagin : il me fait vite jouir. J’étais en manque. Il bande toujours le salaud. Il me met sur le ventre. Je le sens sur mes fesses. Il laboure la raie. Il m’excite encore. Sa queue se faufile jusqu’à mon petit trou qui n’a pas servi pour ce qu’il cherche depuis longtemps. Je vais me laisser faire pour renouer avec mes anciens orgasmes anaux.
    
    Il est très doux quand il pose sa queue sur le cul. Je me touche la chatte, prête à me branler pendant qu’il m’encule. Il ne fait que pose le gland sur l’anus. Il reste un bon long moment avant de bouger. Je vais m’impatienter quand enfin il commence à entrer. Je n’ai jamais étais prise de cette façon, il entre comme dans le vagin, je ne sens pas de début de douleurs comme j’aurais du. Je sens bien le gland passer, le reste de la queue envahir mes boyaux. Je ne me caresse pas, il me donne de plaisir non évident. Je jouis du cul comme avant. Je ne voudrais pas qu’il sorte de moi. Hélas je sens son perme dans mon cul. Il sort encore triomphant : il est quand même vaincu. Il me donne sa queue pour ...
«123»