1. Premier job, diplome en poche (2)


    Datte: 08/01/2021, Catégories: Transexuels Auteur: sifeminin

    Salut c’est votre folle de lycra
    
    Dans le premier chapitre je vous racontais, comment diplôme en poche je me suis retrouvé à travailler dans un grand bureau avec sept collègues féminines et un patron masculin. Le poste était très sympa d’autant que le vendredi nous avions une heure de plus de pause pour que tous les neufs allions à la piscine. C’est vrai que dans ce bureau je ne faisais pas très masculin. Les sept femmes pouvaient être ma mère, mais surtout elles faisaient plus d’un mètre 78 et du coup elles étaient de ma corpulence à moi. La première fois où je suis parti à la piscine avec eux tout est parti en sucette et j’ai perdu la face. Après la piscine Sophie, une collègue; et Claude le patron se sont chargés de prendre mon éducation en main.
    
    J’étais entre les jambes de mon patron en train de lui faire une bonne fellation, et en même temps je broutais le minou d’une de mes collègues assise jambes bien écartées sur le bureau du patron. Je faisais cela maintenant par gourmandise et je ne savais pas trop jusqu’où cela allait aller. Au bout de plusieurs longues minutes c’est mon patron qui a fini par partir dans ma bouche en premier et ma collègue m’a tenu la tête pour que je prenne tout en bouche. sur ce coup-là je n’étais pas trop consentant mais vu les circonstances je n’avais pas trop le choix; Sophie me tenait fermement la tête. Quand Claude a estimé que c’était bon, il m’a libéré la tête et c’est Sophie qui a pris le relais pour que je lui finisse sa petite langue. Décidément dans cette société j’étais en train de me faire déniaiser à vitesse grand V.
    
    J’ai commencé à découvrir les parties sensibles de l’entrejambe de ma partenaire et ma langue bien évidemment s’y est attardée pour s’assurer une efficacité optimum. Moi qui était encore un peu innocent je prenais vraiment grand plaisir à jouer avec ma langue sur ce petit buisson si réceptif et sensible. Pendant que je lui mangeais son abricot, j’ai découvert une Sophie que je ne connaissais pas, une Sophie coquine mais surtout expressive dans le plaisir. Manquant encore un peu d’assurance, s’est Claude qui s’est chargé de caresser la poitrine demandeuse de caresses. En joignant nos efforts, Sophie a fini par prendre son pied; c’est Claude qui s’est chargé de d’étouffer la partie sonore de son extase. À vrai dire c’était la première fois de ma vie que je donnais du plaisir de cette façon à une femme. Je m’étais pour l’instant, limité à chatouiller l’abricot très sensible de ma cousine; pendant qu’elle, me tirait sur l’élastique.
    
    Une fois que tout est rentré dans l’ordre Sophie et moi sommes sortis du bureau comme si de rien n’était. Nous n’avons rien dit mais il était manifeste que les collègues savaient ce qu’il venait de se passer. Mais que savaient-elles; était-ce un rituel qui venait de se produire ou une initiation à mon attention. La semaine commençait à prendre fin et nous savions que dans moins d’une demi-heure nous serions dehors pour attaquer le weekend. Avec toutes les ...
«1234»