1. Une directrice austère qui cache bien son jeu


    Datte: 01/01/2021, Catégories: fh, fplusag, asie, hotel, boitenuit, voyage, Oral fgode, pénétratio, fdanus, portrait, Collègues / Travail Auteur: Surcouf14

    Je m’appelle Serge, j’ai vingt-quatre ans et je viens d’achever mes études d’ingénieur en informatique. Geek depuis mes douze ans et depuis que mon père m’a acheté mon premier ordinateur, j’ai toujours été attiré par ce monde-là.
    
    La programmation et toute l’étendue des possibilités de l’informatique, c’est mon univers. Je ne suis pas comme certains camarades de promo et je ne néglige pas, loin de là, tous les bons côtés de la vie. Manger une pizza devant mon PC en buvant un coca, et aller jusqu’à m’endormir devant ma machine, ce n’est pas mon truc.
    
    J’aime les bonnes choses de la vie, les loisirs, les concerts de rock, le sport et… les filles !
    
    Maintenant, j’ai hâte d’apporter mes compétences à une entreprise qui me plaise et d’être enfin indépendant de mes parents. Je les aime beaucoup, mais amener des filles dans ma chambre avec mes parents juste à côté, je n’en ai pas vraiment envie.
    
    À peine mon diplôme en poche, j’ai la chance d’être contacté par un chasseur de têtes qui a repéré mon profil sur l’annuaire de l’école et qui semble correspondre au besoin d’une société leader européen dans le domaine de la domotique. Cela tombe plutôt bien, à quinze ans à peine, je « bidouillais » déjà les volets roulants de la maison et le thermostat du chauffage central pour piloter tout cela à partir de mon ordinateur.
    
    Il est convenu que cette entreprise me contacte pour un premier entretien téléphonique.
    
    Installé dans ma chambre, j’attends ce coup de fil. Mon téléphone s’allume et je vois s’afficher un numéro de téléphone portable. Je décroche.
    
    — Oui, bonjour. Serge à l’appareil.
    — Bonjour Serge, Louise de la société Domote-X. je vous appelle comme convenu pour le poste de chargé de projet au sein de notre société. Je suis la directrice du service dont vous dépendrez et j’aurais quelques questions à vous poser.
    — Avec plaisir, Madame, je suis à votre écoute.
    
    Je réponds du mieux que je peux à toutes ses questions plus pointues les unes que les autres. Quels langages informatiques je maîtrise, sur quelles technologies ont porté mes stages, etc. L’entretien est cordial, bien que je ne sente aucune forme d’amabilité de la part de mon interlocutrice. Elle est très pro et par moment presque cassante. Je vois bien qu’elle me teste. Je résiste, tant bien que mal malgré ses différentes tentatives de déstabilisation. Elle conclut en me disant :
    
    — Je vous remercie pour cet entretien. Nous vous recontacterons si votre candidature est retenue à ce stade de notre sélection. Au revoir, me dit-elle en me raccrochant au nez !
    
    Je n’ai même pas eu le temps de la remercier et de lui dire au revoir. Glaciale, la directrice. De toute façon, je me dis que mes recherches ne font que commencer, je suis confiant.
    
    Une heure plus tard, mon « chasseur de têtes » me rappelle. Il me demande ce que j’ai bien pu raconter à cette directrice, vu les éloges qu’elle a faits à mon sujet ! Je lui réponds que je n’ai fait que répondre à ses questions en étant le ...
«1234...17»