1. Les caresses d'Annabelle


    Datte: 22/11/2020, Catégories: Entre-nous, Hétéro Auteur: Diluc

    Je suis adepte des massages.
    
    Oh pas depuis très longtemps mais bon, le premier que j’ai eu m’a enchanté. Donc me voici en route pour un second massage naturiste chez une autre jeune femme...
    
    Tout s’est passé par texto et téléphone et je dois dire que j’ai été charmé par la voix douce de cette demoiselle qui répond au joli prénom d’Annabelle.
    
    Une fois arrivé au pied de chez elle, je l’appelle au téléphone: elle me répond immédiatement et sa jolie voix sucrée m’indique le chemin pour arriver chez elle.
    
    Elle m’ouvre et je découvre une jeune femme au teint pâle et à l’air souriante. Elle a des lèvres pulpeuses très joliment maquillées de rouge et son visage est doux et respire la gentillesse.
    
    Elle est vêtue d’un charmant déshabillé blanc qui permet de discerner qu’un corps d’une grande beauté est caché là, à portée de mes mains.
    
    Ses jolis yeux verts sont encadrés par de beaux cheveux blonds: elle est fine, voire élancée. La poitrine semble menue mais ses jambes sont magnifiques. Elle a en prime un très joli derrière qui doit être un enchantement à caresser.
    
    Une fois éliminé le côté financier, la jeune néréide de vingt six printemps se déshabille et me fait signe de faire de même. Elle me demande si j’ai déjà reçu ce genre de prestations et je prétend que non, c’est la première fois. Un petit mensonge pour qu’elle se sente bien et soit rassurée par mon inexpérience dans ce domaine. Ceci dit, je n’ai eu qu’un massage naturiste auparavant donc mon expérience reste limitée...
    
    J’admire son corps superbe avec de charmants petits seins très biens proportionnés et naturels, une taille mince et une petite chatte au maillot bien entretenu. Je lui dis combien je la trouve belle et elle a la délicatesse de rougir légèrement. Pourtant, je pense que tous les hommes qui profitent de ses charmes doivent lui dire la même chose.
    
    Je lui demande si je peux la tutoyer mais elle me dit qu’elle trouve que le vouvoiement entre nous est plus sympathique ce qui, je dois l’admettre, est vrai: cela élimine tout risque de vulgarité sans pour autant altérer nos rapports. Cela donne aussi un petit goût d’ancien régime et de courtisanerie à notre rencontre.
    
    Elle m’indique de la main un canapé déplié avec une serviette dessus qui m‘attends.
    
    Je m’allonge sur le ventre et elle commence alors son œuvre avec douceur. Je sens ses doigts fins et longs parcourir mon dos jusque sur les fesses qu’elle malaxe avec une grande douceur. Ses jolies mains s’attardent et caressent mon entrejambe montant jusque sur mes gonades qu’elles enveloppent doucement. Nous parlons de choses et d’autres et elle me raconte son amour de l’art et notamment de l’art du dix neuvième siècle.
    
    Elle me dit qu’elle est une jeune femme un peu fantasque qui n’a pas encore trouvé sa voie mis à part l’art qu’elle adore. Elle étudie l’histoire de l’art et est littéralement intarissable sur le sujet. Sa douce voix me berce tandis que ses mains ne cessent ses caresses. Elle me raconte ...
«123»