1. Démarcheur à domicile 7 des coups et des menaces


    Datte: 20/11/2020, Catégories: Entre-nous, Hétéro Auteur: Accent

    Je passe une grande partie de la nuit suivante à me remémorer les événements de cette soirée.Ressasser... Revivre...Bouillir...Désespérer... Appeler une solution juste... Tout sauf gagner des cornes à la loterie de l'amour.
    
    A mon côté,Marion dort du sommeil de l’innocence . Elle a été rudement secouée par le haut degré des vibrations de l’œuf. Mais aussi particulièrement touchée par mes questions. Sitôt couchée elle a fermé les yeux et s’est endormie . Je pense au rôle indigne de sa sœur, à la conduite scandaleuse de Gérard pour soumettre une femme à son bon plaisir. Un jour ils auront des regrets s’ils ne connaissent pas les remords. Ma grosse interrogation c’est Marion. Elle avait juré de ne plus toucher aux vibromasseurs. Or elle s’est laissé prendre au piège de l’œuf vibrant, un équivalent fort reconnaissable. Par son imprudence elle a failli passer à la casserole dans la foulée avec Gérard.
    
    Un ou deux centimètres après son attaque rusée, il s’enfonçait dans ses orifices naturels et la possédait pour de bon. Que Marion hurle sa douleur ou pas, l’étalon enragé ne lâchait plus prise et les cris seraient devenus plaintes amoureuses, Marion aurait expérimenté le mélange confus du plaisir de la copulation et de la souffrance d‘une hyper activité du jouet utilisé de façon exagérée. Certes sa sœur est responsable du complot. Mais il y a une faille dans le comportement de ma femme. Il varie, selon son entourage du moment. Elle a repoussé Gérard par peur de souffrir et non par vertu ou respect de ses engagements envers moi. J’étais furieux, mon interrogatoire mi sarcastique, mi cruel a dû le lui faire comprendre.
    
    Elle ne s’est pas souciée d’adoucir ma rancœur : elle aurait pu chercher à atténuer la gravité de la situation, dire qu’elle avait repoussé son violeur par fidélité. Ça ne lui est pas venu à l’esprit. Quelle confiance accorder à une épouse qui oublie ses liens et ses obligations quand il suffit des vibrations intenses d’un œuf pour la réduire à subir les assauts d’un violeur, pour la livrer sans autre défense que la peur d’une trop forte douleur. La prochaine fois, un tentateur plus rusé et moins pressé dévorera sa proie habilement apprivoisée. J’ai peu ou mal dormi. J’ai passé une mauvaise journée. Pour me détendre, en quittant le travail, je me suis rendu dans un bar, j’ai laissé passer le temps devant une ou deux pressions. J’ai imaginé cent façons de sortir de l’impasse, de faire payer aux deux principaux coupables leur implication dans la destruction de notre confiance mutuelle.
    
    Une solution revient au bout de chaque piste : « divorce si elle ne t’aime plus, ne te laisse pas détruire par le doute, ne gaspille pas ton énergie à vouloir maintenir un semblant de vie conjugale heureuse. » La sœur est pourrie, Marion pourrira à son contact. A quoi j’oppose plus timidement : « je l’aime, un faux pas ne doit pas faire oublier trois années de bonheur. »
    
    Une lueur m’apparaît dans mon désespoir. Je peux me faire un allié : Joseph. ...
«1234»