1. LE MATCH


    Datte: 18/11/2020, Catégories: Entre-nous, Hétéro Auteur: Poesexe

    Cette histoire s’est passée il y a quelques années. J’étais VRP, et je prospectais les hotels, restaurants, collectivités, pour placer des produits alimentaires. Basé dans le sud-ouest, une de mes tournées me faisait visiter l’Aude et L’héraut, deux fois par semaine. J’avais noué des liens avec certains de mes clients, chez qui je déjeunais à l’occasion. Suite à une discussion sur le sport, nous avions décidé avec Gérard, et sa compagne Frédérique, d’aller faire un tennis. J’avais organisé ma tournée pour terminer par leur Hôtel, en milieu d’après-midi, car ensuite, j’avais de la route pour rentrer sur Montpellier.
    
    J’arrive donc, vers 15h. La salle de restaurant est vide, et Gérard est attablé , a faire ses comptes.
    
    -Ah, te voilà, me lance t’il en me voyant. Viens, installe toi, j’ai préparé ma commande.
    
    Je m’approche, et après l’avoir salué, m’installe sur la chaise qu’il m’a désignée, face à lui.
    
    _ « Tu as de l’onglet ? Il m’en faudrait plusieurs pièces , et aussi de l’entrecôte. »
    
    Un quart d’heure plus tard, sa commande est validée.
    
    -« Tu as pris ton matériel ? » demande Gérard
    
    -« J’ai mon sac dans la voiture, Il faut juste que je me change. »
    
    -« Pas de soucis, il y a des vestiaires. J’appelle Fred et on arrive. »
    
    Il hèle sa copine depuis le bas de l’escalier. Elle desccend rapidement et vient me claquer la bise. Frédérique est une fille longiligne, rousse, avec des cheveux qui cascadent sur ses épaules, encadrant un minois triangulaire, avec un petit nez retroussé, des lèvres fines, et une paire d’yeux d’un vert lumineux. Elle s’est habillée pour la circonstance, enfin presque.
    
    Tennis en toile blanche, short en jean ultra court, qui moule son cul en dévoilant le bas des fesses, et un débardeur ocre, bien ajusté, qui laisse deviner les pointes dressées de ses seins, visiblement libres sous le tissu.
    
    Nous échangeons quelques mots, pendant qu’elle discipline sa chevelure en queue de cheval, dégageant son front et ses attaches délicates. Gérard est bientôt de retour, vétu d’un short et T-shirt, tennis en cuir et bandana. C’est un grand type de 1,90m, blond, aux yeux bleus, qui a l’air assez sportif, mais plus rugbyman.
    
    Tous deux montent dans leur voiture, après avoir fermé leur établissement, et je les suis dans mon véhicule, strict deux places. Après quelques kilomêtres nous arrivons au stade, et
    
    Nous échangeons des balles pendant deux bonnes heures, nous dépensant sans compter. Mes deux partenaires ont des bases, mais ne peuvent pas grand-chose contre moi, qui joue toute l’année dans des tournois. Je m’efforce de les faire jouer le plus possible, en me mettant, tantôt avec l’un, tantôt avec l’autre. Le temps passe vite, mais il fait chaud et nous sommes en sueur quand nous cessons de jouer. Fourbus, mais heureux de ce bon moment , nous échangeons quelques plaisanteries, en rejoignant les vestiaires. Gerad et Fred s’asseoient pour récupérer et s’hydrater. J’en profite pour me deshabiller dans le vestiaire ...
«1234»