1. Ma première bite.. (1)


    Datte: 17/10/2020, Catégories: Gay Auteur: Kasero

    Enfin les vacances, après de longs moi de travail à la fac je peux enfin me reposer quelques temps. Je m’appelle Éric et j’habite avec ma copine Noémie depuis quelques mois maintenant. Je suis brun, petit, 1m70 mais plutôt musclé grâce à l’escalade que je pratique depuis de nombreuses années. Noémie quant à elle fait 1m63 pour un magnifique 90D et un cul à tomber. J’ai tout pour être heureux mais j’ai depuis longtemps un fantasme insatisfait : je rêve d’être soumis à un homme, le sucer, me faire prendre mais je n’ose pas aller sur des sites de rencontre ou même dans des bars et sauna gay. A chaque masturbation, je prends du plaisir à m’insérer des doigts ou d’autres objets phalliques, mais ce n’est jamais assez. Cependant à chaque éjaculation l’envie d’un homme passe complètement, et je me dégoute.
    
    Il est 17h30 ma copine n’est pas encore rentrée, je m’accorde alors un petit plaisir solitaire, j’allume mon ordi et fonce sur pornhub, instinctivement je me rends dans la catégorie gay et commence mon affaire. Mon sexe mesure 17cm en érection et n’est pas très épais. Je complexe un peu mais cela ne semble pas déplaire à ma copine. Je fini ma branlette, me lèche les doigts, mais à contrecœur : après la masturbation, plus aucun désir pour mon sexe. Noémie rentre enfin à l’appartement nous parlons de tout et de rien et nous allons nous coucher. Le lendemain matin, je repense à mon rêve de cette nuit, je suçais un grand mâle musclé et j’avalais tout. Décidé par ce rêve, je décide sans en dire un mot à Noémie d’aller sur un site de rencontre gay. Je tombe sur un homme, la quarantaine se disant prêt à initier un jeunot à l’art de la fellation. Après quelques hésitations je le contacte, il est très aimable, nous nous envoyons quelques photos et je me sens mon excitation à mon paroxysme. Il me donne rendez vous chez lui, environ 30 min de chez moi.
    
    Je saute dans un bus, et toujours excité, je ne peux m’empêcher de me masser l’entrejambe discrètement. C’est bientôt mon arrêt, l’excitation est toujours présente mais une part de stress fait son apparition. Je sonne à la maison de cet homme, dont je ne connais toujours pas le nom et un homme légèrement plus grand que moi ouvre la porte, souriant. Il me demande si je suis Éric et me dit qu’il s’appelle Pierre, je hoche la tête et il me fait signe d’entrer. Arrivés dans son salon, nous buvons un verre et discutons de nos vies respectives, mais je sens sont regard de plus en plus insistant sur mon entrejambe, ou une belle bosse est présente depuis que je suis arrivé. Il s’approche de moi, pose une main sur ma cuisse et me susurre à l’oreille :
    
    — Et si nous passions aux choses sérieuses ?
    
    J’hoche timidement la tête et approche ma main de son entrejambe, je déboutonne son pantalon, à travers son caleçon, on peut déjà voir une érection impressionnante. Beaucoup de choses se bousculent dans ma tête : suis-je vraiment bisexuel, devrais-je m’enfuir maintenant ? je prends mon courage à deux mains et descend son ...
«123»