1. Ascenceur


    Datte: 16/10/2020, Catégories: fh, extracon, ascenseur, hotel, caférestau, Voyeur / Exhib / Nudisme Oral Auteur: Lafurie

    Depuis quelques mois, lorsque nous partons, Solenne et moi, rendre visite à ses parents en Lozère, et que les enfants y restent pour les vacances, nous prenons l’habitude de nous offrir une étape de relaxation dans un centre spa pour une nuit. C’est un petit plaisir pour nous deux, et nous passons trente-six heures à se faire masser, relaxer, à nager et siester sans rien ni personne d’autre à s’occuper que nous.
    
    Nous voici donc arrivés une nouvelle fois dans ce centre. La journée est tempérée, et le ciel un peu voilé. La météo nous annonce une tempête orageuse pour la soirée et la nuit. Mais peu importe, ce moment est à nous. Au moins nous ne serons pas sur la route à ce moment-là.
    
    Nous, c’est d’abord Solenne, ma jolie femme, qui partage depuis maintenant cinq ans ma vie. Blonde, grande, 36 ans. Ses grossesses, en plus de beaux enfants, lui ont laissé des petites formes qui ne me laissent pas insensible, ni d’ailleurs nombre d’amis ou de connaissances. 1,67 m, intelligente et douée, elle est comptable de formation et se démène avec passion pour son emploi de consultante.
    
    Moi, plus vieux de quelques années, c’est moi qui l’ai débauchée pour qu’elle rejoigne ma boîte. Au début sans arrière-pensée, mais son charme et ses qualités m’ont séduits. 1,82 m, quelques abdos que je m’efforce de garder dans des proportions raisonnables, cheveux châtains clairs, j’ose croire que je lui plais pour moi et aussi mon apparence.
    
    L’hôtel nous octroie une chambre au troisième et dernier étage. Le restaurant est au rez-de-chaussée, et le spa au sous-sol. C’est un vieil hôtel rénové avec un escalier de marbre qui mène au premier, et deux petits ensuite qui conduisent vers les derniers étages. L’ascenseur est dans un coin, ouvert comme dans ses vieux immeubles parisiens, avec son système de deux grilles à manœuvrer pour y entrer ou sortir, encadrant.
    
    Comme à notre habitude, nous faisons un festin, apéritif, entrée, plat et dessert, café gourmand et une bouteille d’excellent vin. Solenne qui n’a pas du tout l’habitude de boire, se contient à peine et son rire éclaire la salle. Habillée sobrement, mais classe, elle porte une jupe légère, un chemisier presque transparent qui laisse deviner sa poitrine sans soutien-gorge, et des bas noirs sexy.
    
    Un homme tout particulièrement, semble attentif à notre table. La quarantaine, grand, mince et musclé, les cheveux courts, il observe et s’intéresse autant à son verre qu’à ma belle Solenne. Mais pas à moi, comme de bien entendu.
    
    Solenne l’a remarqué, m’en a même averti. Mais nous reprenons nos joutes verbales et l’homme passe au second plan de nos préoccupations.
    
    Je viens de siroter mon calva, et Solenne grignote mes mignardises. Je lui tiens la main sur la table, ses yeux brillent, nos pieds s’entrecroisent sous la table. De temps en temps, elle jette un coup d’œil vers l’homme au bar, rêveuse ? Soucieuse ? Je ne m’en préoccupe pas, je la sais amoureuse et même si nous sommes ouverts aux choses du sexe, que ...
«1234...7»