1. Voyeuse lubrique (1)


    Datte: 15/10/2020, Catégories: Inceste / Tabou Auteur: gilda8

    Lorsque papa a envie de maman, il prétend que le film est nul, c’est un code entre eux, dès qu’ils montent se coucher, je ne tarde pas à les suivre.
    
    Depuis que je les ai vus faire l’amour, je me masturbe plusieurs fois par jour.
    
    Mais depuis ce jour-là, je ne sais pas pourquoi, leur porte reste à chaque fois entrouverte.
    
    Je marche à pas feutrés dans le couloir, discrètement je passe la tête par l’ouverture, mes parents sont nus, maman suce le manche comme un sucre d’orge, papa lui appuie sur la tête.
    
    — oui humm, suce ma chérie, c’est trop bon !
    
    Sa bouche monte et descend sur le membre tendu, enfin elle se décide, elle happe le champignon royal, et le tète avidement (il est vrai que le gland de papa est impressionnant).
    
    La langue de maman tourne autour du nœud violacé, elle l’aspire à nouveau et le suce sauvagement.
    
    D’une main, elle lui triture les bourses, les soupèse et les presse doucement.
    
    Papa pousse un grognement, et remplit de sa semence la bouche de maman, qui l’avale sans rechigner jusqu’à la dernière goutte.
    
    Maintenant, elle se couche sur le bord du lit, les jambes en appui sur le plancher, les cuisses sont largement ouvertes.
    
    Papa lui caresse la fente, ses doigts noueux montent et descendent sur les grandes lèvres.
    
    Il les écarte, fait sortir de son écrin la perle rare, la caresse délicatement et enfonce deux doigts dans le cratère qui suinte abondamment.
    
    Il fouille doucement le puits d’amour, tout en triturant le bouton gonflé.
    
    Maman geint, en agitant lentement son bassin.
    
    Moi, j’ai ma main dans ma culotte et me frotte énergétiquement la chatte, cela fait un bruit de clapotis, tellement elle est trempée.
    
    Maman tourne légèrement la tête vers moi, elle m’aperçoit et me fait un large sourire, je reste clouée sur place.
    
    Elle ne dit pas un mot, s’accroche à papa qui lui fouille le conduit profondément, comme si de rien n’était, elle reprend ses gémissements.
    
    Surprise de l’attitude de maman, je reste coi.
    
    Papa pose sa bouche sur la vulve trempée de maman, et lui aspire le clito, sous la forte succion, maman se cabre en poussant un râle rauque.
    
    Je ne sais pas ce qui me prend, je fais un pas en avant, maman repose son regard sur moi, ses yeux brillent de plaisir, elle ronronne comme une chatte, sa bouche est entrouverte, elle halète de plus en plus fort.
    
    Je n’y tiens plus, je retire ma culotte trempée, et me branle sauvagement.
    
    Mon papa me tourne le dos, il dévore sans relâche le clito enflé de maman.
    
    Elle se raidit:
    
    — Mon chéri, ça vient ouiiiiiiiii !
    
    Elle envoie dans la gorge de papa une puissante giclée de cyprine, il s’écarte, mais trop tard, il a le visage et le torse trempés de jus.
    
    — Eh bien, ma cochonne, tu ne te retiens pas toi au moins !
    
    Il replonge sa bouche et aspire tout ce qui s’échappe de la chatte en effervescence.
    
    Maman me regarde avec des yeux pleins d’amour, ses yeux sont pleins de larmes.
    
    Moi je me branle encore plus fort, je me cabre et gicle ...
«12»