1. Une caresse comme une autre (1)


    Datte: 13/10/2020, Catégories: Gay Auteur: pandafou1967

    Cette histoire, je devrais dire découverte, s’est passée il y a sept ans, j’ai aujourd’hui 52 ans...
    
    A ce moment-là j’étais à Toulouse, en déplacement et je vivais au camping dans une caravane. Arrivé en septembre j’avais vite découvert les endroits à grande activité nocturne.
    
    Un soir de novembre, un grand froid régnait au bord de la Garonne, j’étais dans ma voiture, le spot de drague était désert et j’allais me résoudre à retrouver mon confort douillet lorsque des phares sont apparus...
    
    Il s’est garé face à moi en plein phare, certainement pour identifier « sa victime » (bon d’accord consentante) puis a rapidement tout coupé avant de sortir de son véhicule et s’enfoncer en grandes enjambées dans le bois bordant le parking. Je n’ai pas tardé à emboîter ses pas, non sans appréhension...
    
    La lune était pleine, je connaissais bien le bois et il m’était donc facile de me repérer. Je l’ai rejoint dans une petite clairière à l’écart du chemin principal. La lumière, la très légère brume, le silence renforçaient la sensation de froid qui était déjà très grande. Sa longue silhouette longiligne en contre-jour se détachait de la clairière, j’étais de plus en plus intimidé.
    
    En m’approchant de lui j’ai découvert qu’il caressait lentement son sexe semi-bandé qui était déjà de belle facture. Nos regards se sont croisés, le sien m’a montré le chemin à suivre...
    
    A peine à genoux devant lui, son sexe presse déjà mes lèvres, ses mains prennent fermement mon visage. Il force ma bouche et commence de longs va-et-vient sans se soucier de ma personne, la sensation est étrange, je me sens objet, mais c’est excitant. Son sexe pénètre ma bouche mais sans me forcer, le mouvement est puissant mais pas brutal, sa verge ne s’enfonce pas au-delà d’une certaine limite ce qui fait que je peux relativement bien respirer sans avoir de haut-le-cœur.
    
    Son sexe s’est durci et épaissi. Je profite qu’il fait une pause et relâche son emprise pour le prendre en main, pour le caresser et le lécher de bas en haut. Puis j’enfourne sa verge dans la bouche pour une longue gorge profonde. Il gémit faiblement, il me laisse faire. Je commence à avoir chaud...
    
    Ses mains reviennent sur mon visage, elles le bloquent et trouvent la bonne position pour me baiser la bouche de plus en plus profondément. Le mouvement est ferme mais toujours sans violence, il décide, je ne suis qu’un jouet !
    
    Évidemment à ce rythme j’ai des haut-le-cœur et je bave abondamment, ce qui rajoute à ce sentiment de culpabilité, de soumission que je ressens.
    
    Lui, il a les yeux mi-clos, la tête renversée en arrière tout à son plaisir,
    
    Au bout d’un long moment il s’arrête et s’écarte de moi, de la tête il me montre un arbre et sans plus de préambule (mais dès le départ on a laissé tomber les politesses...) me dit :
    
    — Je vais te baiser...
    
    Pas vraiment sûr de moi, je me dirige vers l’arbre désigné, défais la ceinture de mon pantalon, prends appui sur l’arbre et essaie de lui offrir au mieux mes ...
«123»