1. Ecole Privée Ch. 05


    Datte: 12/10/2020, Catégories: Non Consentement / À contre-cœur Auteur: bytrouchard

    Traduction d'un texte de « Anne ».
    
    Avertissement : Ce récit raconte l'humiliation et la dégradation d'une jeune enseignante. Certains passages sont assez durs et peuvent choquer. Si vous avez l'âme sensible, fermez cette page. Tous les personnages de ce récit ont plus de dix-huit ans.
    
    *********
    
    11 -- Conséquences.
    
    - Qu'est ce que tu fous stupide salope?
    
    Anne regarda MAURICE inquiète. Il avait fait irruption dans sa chambre une heure après qu'elle se soit couchée. Mais elle n'avait pas dormi, se demandant si les filles avaient vu le sperme dans ses cheveux, mais voulant aussi se masturber.
    
    - Lève-toi et agenouille-toi quand je te parle, stupide chienne.
    
    MAURICE avait vraiment l'air furieux. Les filles lui avaient-elles dit qu'elles l'avaient vue avec du sperme dans les cheveux? Anne se leva et s'agenouilla.
    
    - Qu'est-ce que tu as fait dans les toilettes, salope?
    
    Anne essaya de rassembler ses pensées.
    
    - Je ... je me suis déshabillée et j'ai attendu, puis quelqu'un est entré et ... et il a mis sa queue à travers un trou dans la cloison. Et j'ai pensé ...
    
    Sa voix s'éteignit.
    
    - Tu as pensé? Qu'est-ce qui te fait penser que je veux que tu réfléchisses, salope? Qu'est-ce que tu as fait?
    
    Anne blanchit, obligée de dire à voix haute :
    
    -Je... je l'ai branlée.
    
    MAURICE secoua la tête.
    
    - Tu es trop stupide, même pour une pute. Le branler? Tous les mecs savent se branler. Quand il enfonce sa queue dans un trou dans une cloison, il s'attend à se faire sucer, salope. Mais il semble que tu es trop bête pour sucer une queue, c'est ça?
    
    - Non M. MAURICE. Je veux dire... je...
    
    - Oh tais-toi salope! Et ne pense même pas avoir droit à jouir. Pas avant d'avoir prouvé que tu peux sucer des bites. Est-ce clair?
    
    - Oui Monsieur.
    
    Anne baissa la tête, honteuse.
    
    - Sur le lit!
    
    Il la ligota une nouvelle fois et la laissa pour la nuit. Elle resta éveillée un long moment, horrifiée à l'idée d'avoir à sucer une bite, et la chatte dégoulinante.
    
    Quand elle se réveilla, elle se sentir raide d'être restée dans la même position toute la nuit. Elle essaya de bouger mais découvrit qu'elle avait très peu de marge de manœuvre. Avec son bras attaché au-dessus de sa tête, elle ne pouvait voir sa montre. Mais à cause de la lumière qui brillait à l'intérieur de sa chambre, il devait déjà être assez tard dans la matinée. Avec un soupir de soulagement, elle se souvint qu'il était samedi et qu'elle n'avait pas de cours. Essayer d'expliquer le pourquoi de son retard au directeur aurait été très gênant. Cette pensée la fit même sourire.
    
    Qu'est-ce que la journée d'aujourd'hui allait lui apporter? MAURICE avait clairement expliqué qu'il voulait qu'elle suce une bite. Elle l'avait déjà fait avec d'autres hommes auparavant, mais pas sur commande, et certainement pas pour des étrangers. Mais elle était sûre que MAURICE ne verrait pas cela comme un obstacle. Bizarrement cette pensée ne l'inquiétait plus beaucoup. Elle semblait avoir ...
«1234...11»