1. COLLECTION HISTOIRE COURTE. Le livreur (1/1)


    Datte: 11/10/2020, Catégories: Première fois Auteur: CHRIS71

    J’étais puceau quand cette aventure m’est arrivée, comme le disait la chanson de madame Dalida, je venais d’avoir dix-huit ans, j’étais beau, mais loin d’être fort comme un homme.
    
    Le patron de l’épicerie où je travaillais pour les vacances m’a demandé de prendre ma mobylette et de livrer la commande passée par l’intendant du château.
    
    J’y allais chaque semaine, mais la commande était deux fois plus importante, heureusement j’avais bricolé une vieille remorque que j’ai pu attacher à l’arrière pour tout y mettre.
    
    Arrivé au château j’ai vu plusieurs camionnettes des portes arrière ouvertes d’où je pouvais voir du matériel de tournage comme l’on voit parfois dans les films.
    
    J’entrais dans la cuisine et l’intendant brillait par son absence, ayant posé toutes les victuailles sur la table je le cherchais pour lui remettre la facture afin qu’il la contrôle et me la signe.
    
    J’ai entendu du bruit dans la salle à manger, je me suis approché, mais j’étais dans l’impossibilité de voir ce qu’il se passait des gens étant agglutiné.
    
    J’avais déjà visité et je savais qu’en passant par le salon voisin, je verrais mieux pourquoi tous ces gens étaient rassemblés.
    
    La porte de communication était ouverte et les bruits que j’entendais étaient significatifs, une femme se faisait baiser.
    
    Je me demandais qui pouvais se faire enfiler le compte et la comtesse ayant presque soixante-dix ans et leur fils étant parti aux États-Unis depuis dix ans espérant faire fortune.
    
    Il y avait bien leur chambrière la jolie Manon ma petite voisine pour laquelle, je kiffais, mais qui était en main avec Jonathan, un copain du foot jaloux comme pas un.
    
    Voir Manon se faire sauter peut-être par l’intendant le vieux Roland ayant une quarantaine d'années me mettait en joie.
    
    Jonathan de mâle dominant sur les gonzesses du village me mettait en colère étant frustré, mais quand j’ai doucement ouvert la porte, la grande glace face à moi m’a montré que ce que je pensais était faux, sur le grand divan placé près de la table massive qui prenait plus de la moitié de la salle, une femme était empalée sur la bite d’un homme.
    
    Je voyais le couple de côté, mais la verge du garçon allait et venait en même temps que la fille montait et descendait pour mieux se faire pénétrer.
    
    J’étais fasciné surtout que la fille criait, non, gueulait son plaisir d’avoir une verge la défonçant, j’étais si concentré que la porte me cachait une partie de la pièce dont l’entrée de la salle.
    
    Dans la glace j’ai vu les projecteurs et un gars qui avait une caméra.
    
    Quel couillons, ils tournaient un film porno, dans l’impossible d’arrêter ce que je faisais, j’ai sorti ma queue pour me masturber.
    
    La masturbation s’était mon jeu favori tous les soirs devant de simples photos de femmes nues voir de femmes se faisant baiser dans des petits films pornos.
    
    J’avais devant moi le tournage d’un porno mais certainement réservé à Canal+ car les acteurs étaient en costumes et perruques d’époques dans un ...
«12»