1. Il me fait sentir femme (2)


    Datte: 10/10/2020, Catégories: Transexuels Auteur: orgui

    J’étais sur mon lit, encore habillée, mon string humide. J’étais dans un état second, plongée dans une sorte d’euphorie jamais connue encore. Ce que je venais de vivre défilait dans ma tête encore et encore. Ce gémissement féminin que j’avais entendu sortir de ma bouche me troublait encore. Et lui... ses cuisses qui frappaient contre les miennes, ses poils que je sentais me caresser les fesses et là-bas des bourses quand il s’enfonçait au plus profond de moi... Mon anus se refermait doucement, j’en faisais le pourtour avec mes doigts. J’étais encore très sensible.
    
    Il me fallait le revoir, celui qui m’a rendu femelle. Ma vie venait de changer, j’étais en train de le réaliser. Je voulais qu’il me désire plus, je voulais qu’il me considère toute à lui, toute pour lui. Je voulais sentir sa queue me dominer, qu’elle dorme contre ma raie au repos, qu’il s’endorme une de ses mains posées sur mes petits seins potelés. Je sombrais dans un sommeil satisfait.
    
    La nuit passa et je fus réveillée par les vibrations de mon téléphone portable. Je me précipitais dessus, c’était lui ! Il m’écrivait des messages.
    
    — Alors ma belle, ta petite chatte se souvient encore de moi ce matin ?
    
    — Tu dors encore ? Je n’espère pas, tu as beaucoup de choses à faire aujourd’hui.
    
    — Réponds-moi salope !
    
    — Je suis là...
    
    — Bien.
    
    — Maintenant que tu as découvert ta vraie nature, comment tu te sens.
    
    — Déstabilisée...
    
    — Ne t’inquiète pas, dorénavant je serais un guide pour toi. Tu dois te focaliser sur mes messages et tout suivre à la lettre. Il en va de notre relation. J’ai vu comment ton tu réagissais à mes coups de butoir. Tu dois déjà avoir envie de recommencer non ?
    
    C’était si juste, il lisait en moi.
    
    — Je ne sais pas.
    
    — Si tu le sais, bref, tu seras la première à en redemander, ne t’inquiète pas. Nous allons nous revoir dans six jours, le samedi. En attendant, je veux que tu ne touches pas le clito. D’ailleurs tu n’auras plus jamais à le toucher, tu as joui de par ta chatte hier soir, je le sais, ton string devait bien être humide. Tu ne jouiras que de la chatte désormais. Tu m’avais parlé de ta panoplie de plugs, cela va t’être utile, arrange-toi pour en avoir un toujours en toi. Je veux une photo de ton cul chaque matin avec un string différent chaque jour. Si tu n’en as pas sept, tu t’en procures, je m’en fous.
    
    Ces messages m’excitaient terriblement. J’ai juste répondu sans réfléchir.
    
    — D’accord.
    
    — Parfait, chaque semaine sera l’occasion d’une leçon. Chaque jour marchera vers ta féminité, en direction de mon plaisir.
    
    Chaque jour, j’avais de plus en plus de mal à m’endormir, j’avais envie de lui, j’étais en manque de lui. Ma petite nouille bavait constamment. Je prenais beaucoup de temps pour prendre les photos, je ne voulais que faire des poses qui le fassent bander.
    
    Samedi arriva. Il m’avait demandé de raser le peu de poils que j’avais. Il vint me chercher à 20h00. Encore une fois, nous étions dans sa voiture mais cette ...
«123»