1. Le Club - Partie 10


    Datte: 02/10/2020, Catégories: Non Consentement / À contre-cœur Auteur: byAgentChelateur

    ... soutiennent votre parti mais nous devons nous poser les bonnes questions : quel est l'intérêt du club? Si vous aviez vendu les terrains à des capitaux privés, nous aurions été totalement exclus du jeu alors que dans cette configuration, c'est la commission, c'est-à-dire vous, qui va décider des de l'attribution des marchés. Il se trouve qu'Angel et moi venons de créer une entreprise de BTP. Pour l'instant elle est minuscule mais quand vous lui aurez fait bâtir cet immense complexe grâce aux finances régionales, elle nous aura seulement fait gagner des fortunes mais aussi mis sur la paille plusieurs de nos concurrents locaux et sera devenue incontournable. C'est le charme de la fonction publique mon cher.
    
    - Vous oubliez cette Caroline Georges, ce projet est son bébé et elle risque de gêner vos beaux projets.
    
    - Sauf que maintenant elle n'a jamais été aussi vulnérable.
    
    Le juge voulut poser une nouvelle question mais il fut interrompu par l'arrivée des deux jeunes serveuses dans leurs tenues qui faisaient la réputation de l'établissement. Avec leurs vestes de majorettes et leurs culs nuls, elles constituaient un savoureux mélange de pureté adolescente et de perversité. Il les dévisagea alors qu'elles se penchaient pour poser les verres sur la table. L'une devait avoir 20 ans, petite et châtain brun. L'autre était un peu plus vieille mais plus aussi plus grande et avait noué ses longs cheveux bruns en une queue de cheval.
    
    - Comment trouvez -- vous mes serveuses? Demanda Diaz.
    
    - Charmantes, commenta le juge avec gourmandise.
    
    La plus âgée des deux fit mine de s'évader après avoir déposé son verre mais Diaz l'attrapa par le bras pour la forcer à rester en place.
    
    - Que diriez -- vous de pimenter un peu votre cocktail? proposa Diaz tournant un regard cynique en direction des deux jeunes filles qui attendaient tremblantes leur bon vouloir. Normalement, les clients n'ont le droit de ne mettre que les mains mais vous n'êtes pas quelqu'un comme les autres.
    
    Le juge considéra les deux jeunes filles. D'habitude, il préférait toujours les filles jeunes mais le comportement de la fille brune indiquait qu'il restait encore chez elle de la volonté et il adorait ce genre de résistance. Diaz saisit l'insistance de son regard.
    
    - Delphine? Parfait. Vous verrez, elle sait se servir de sa bouche.
    
    Il tira sur le bras de la brune, Delphine, lui arrachant un cri. Elle disparut sous la table et une seconde plus tard, le juge sentit le contact de ses doigts qui tiraient sur sa braguette et sortaient son pénis. Elle engloutit le membre dans sa bouche sans autre forme de procès et il ne put que reconnaître que Diaz avait raison et qu'elle connaissait son affaire. Il s'affaissa sur sa chaise pour profiter encore plus des sensations qui montaient en lui. En face, l'autre jeune fille gratifiait Diaz de la même prestation et celui-ci semblait en tirer la même satisfaction. Cependant, il n'en oubliait pas le but de la visite de son invité.
    
    - Vous savez ...
«1...345...16»