1. Corentin, débutant passionné (1)


    Datte: 12/09/2020, Catégories: Gay Auteur: Clelon

    Bonjour à tous et à toutes. Mon nom est Corentin, j’ai 20 ans, je suis d’un naturel assez timide, et je vais vous raconter une histoire qui m’est arrivée il y a quelques années.
    
    Cet événement eut lieu l’année dernière. Nous étions en soirée avec plusieurs de mes amis proches. Une soirée agréable, mais assez habituelle. Une dizaine de personnes, principalement des garçons. Bonne entente, blagues graveleuses et consommation plus ou moins excessive d’alcool étaient au rendez-vous.
    
    Vers 3h du matin, la plupart des invités étaient soit rentrés chez eux, soit couchés, si bien que je me suis retrouvé à dormir dans le même lit que Maxime, un de mes amis proches. Aucun problème à cela, et une fois les plaisanteries habituelles sur les relations sexuelles complètement dingues que nous aurions, chacun a retiré son pantalon et s’est tourné vers son mur. J’avais une copine, qui n’avait pas pu venir ce soir-là, et même s’il s’amusait souvent à venir m’attraper les fesses lorsqu’il était derrière moi ou agripper mon visage lorsque j’étais penché en avant, je prenais tout ça à la rigolade.
    
    Nous discutions de tout et de rien en nous attendant que le sommeil nous gagne, jusqu’à ce qu’on en vienne à parler de ma copine.
    
    "Et alors, au lit, ça se passe bien avec Mathilde, me demanda Maxime.
    
    -Mec arrête de demander, je t’ai déjà dit que c’était privé toutes ces histoires-là.
    
    -Oh ça va, on est entre couilles là, tu peux me dire ! Je suis sûr qu’elle te fait des trucs cochons en plus."
    
    Je n’ai pas répondu, étant habitué à ses petites digressions sur le sujet. Elles avaient d’ailleurs habituellement pour effet de réjouir Mathilde, qui adorait provoquer le désir d’autrui.
    
    "Si tu savais le nombre de fois où je me suis imaginé, vous deux, en train de le faire ..."
    
    Ça, c’était nouveau. Maxime a dû sentir ma gêne, car il a rapidement essayé de rattraper ses mots maladroits.
    
    "Enfin, je veux dire, pas vous deux, forcément. Juste elle des fois. Enfin non, je déconne hein, t’inquiète !"
    
    Comme je ne répondais rien, et qu’il préférait arrêter de s’enfoncer, nous avons tous les deux arrêté de parler. Cependant, cette dernière phrase avait, malgré moi, imprimé des images osées dans mon esprit. J’imaginais Maxime, grand et bien bâti, en train de pénétrer ma copine. Pour une raison que j’ignore, cette pensée m’excitait beaucoup plus qu’elle ne l’aurait dû. Comme une érection naissante commençait à arriver, j’ai vite demandé à Maxime son avis sur le dernier jeu vidéo en date. La discussion s’est un peu poursuivie, mais ma demie-molle ne semblait pas vouloir se calmer.
    
    Puis, Maxime s’est légèrement rapproché de moi, sans le vouloir. Je lui tournais le dos, son corps était à quelques centimètres du mien. Je pouvais presque sentir son souffle doux et chaud sur ma nuque. D’un seul coup, mon caleçon commença à me paraître très serré. Je n’avais jamais eu de pensées homosexuelles avant, mais j’étais irrésistiblement attiré par l’entrejambe de mon camarade. ...
«123»