1. Copain copine...


    Datte: 01/08/2020, Catégories: inconnu, grossexe, Transexuels intermast, Oral nopéné, Auteur: Chopito

    De sortie avec un groupe que je ne connais pas trop ou disons plutôt pas depuis longtemps, nous faisons le tour des bouchons lyonnais pour trouver l’endroit idéal pour manger et bavarder tranquillement.
    
    Il y a deux copines assez libérées, deux hommes, artistes dans l’âme et larges d’esprit et… une superbe créature que mon regard ne peut s’empêcher d’accrocher à la moindre occasion, ce qui fait sourire les deux copines. C’est une femme dans la trentaine ou à peine plus, d’une grande assurance, au regard perçant et au caractère trempé, mais d’une sensualité enveloppante, de celles qui vous hypnotisent et vous poussent à des pensées érotiques. De plus, d’une grande beauté féline. Son teint mat doit y être pour quelque chose, comme sa voix légèrement grave et envoûtante. Elle doit avoir des ancêtres d’origine antillaise ou africaine. Mes questions devront trouver des réponses avant la fin de cette soirée et je m’y emploierai !
    
    En observant mon empressement à approcher Liliane, la belle créature, les deux copines n’arrêtent pas de pouffer de rire en douce, comportement qui me parait quand même étrange. En effet, quoi de plus naturel que d’être attiré par une belle femme, surtout avec la discrétion et la retenue dont je fais preuve ?
    
    En nous asseyant autour d’une table, une des deux copines me glisse à l’oreille :
    
    — Fais attention… Liliane est très spéciale !
    
    Cela excite ma curiosité au plus haut point, et je m’imagine plein de trucs, du genre : elle doit être lesbienne ou sado-maso, ou folle de sexe. Tant mieux, au moins elle n’est pas banale. Au cours du repas, je m’aperçois joyeusement que je ne lui suis pas indifférent, elle semble même curieuse de mon personnage. J’en profite pour lui envoyer quelques compliments sur sa beauté et sur son charme naturel, ce qui rend hilares les deux copines et j’avoue que cela m’énerve un peu. Liliane le ressent et se penche vers moi pour me glisser :
    
    — Elles ne vous ont pas décrit mon personnage ?
    — Non ! Pas précisément !
    
    Je suis de plus en plus intrigué, et un peu perdu. Son sourire ravageur me désarme passablement, et je vois dans ses yeux une lueur de malice et d’envie mélangées… Elle me plait ! Je me risque donc :
    
    — Quel que soit votre secret, ma chère, sachez que vous me plaisez comme vous êtes.
    — Je vous avouerai mon secret en fin de soirée, promis ! me répond-elle a voix basse.
    
    Au cours de la soirée, sa féminité charmante continue à me séduire, si bien qu’elle me fait comprendre à demi-mot que je lui plais également. Je suis aux anges. La conversation tourne peu à peu vers le sexe et elle me demande si je n’ai pas de tabou particulier. Bref, si je suis libéré des culpabilités trop courantes. Hou là là ! pensé-je, la fin de soirée risque d’être chaude !
    
    Mon excitation grandissante n’échappe pas aux deux copines qui, s’étant levées, m’appellent du bout de la salle, prétextant une demande de renseignements. Je les rejoins ; elles se pressent contre moi en riant à demi et me ...
«1234»