1. Martine coquine (2)


    Datte: 01/08/2020, Catégories: Hétéro Auteur: jaimelalingerie2

    Après un tel message, je n’envoyai plus de réponse. Non pas que ses menaces m’inquiètent. L’utilisation de TOR et d’un VPN me mettait à l’abri de tout souci et mon message n’avait rien de menaçant. Par contre, je ne souhaitais pas lui faire peur ou l’inquiéter. Je laissais donc passer le temps. Par curiosité, je retournai, pour je ne sais quelle raison sur cette adresse mail. Surprise, elle m’avait envoyé un message. Je l’ouvris immédiatement.
    
    Cher correspondant mystère
    
    Je suis désolée de m’être emportée et de vous avoir ainsi menacé. Je me pose des questions depuis plusieurs semaines. Il m’apparait évident que nous sommes, sinon proches, au moins que nous nous connaissons. Par conséquent, je souhaiterais vous rencontrer ou au moins continuer cette correspondance.
    
    Je ne sais pas quoi faire. Je crevais d’envie de la rencontrer mais ne souhaitait pas tomber dans un traquenard avec son fils qui m’attendrait. Je décidais donc de lui fixer un rendez-vous le vendredi dans l’hypermarché du coin au rayon lingerie à 15h45. Je savais qu’elle pouvait quitter à partir de 15h15 et les "risques" étaient donc moindres pour moi. Je l’attendais donc discrètement à la sortie de son travail pour être sûr qu’elle était seule. Effectivement c’était le cas. Elle était superbe. Toujours avec ses cheveux blonds mi longs. Elle portait un tailleur bleu ciel composé d’une robe légèrement au-dessus du genou, d’une veste assortie et d’escarpins de la même couleur qui complétaient sa tenue. Je la suivais donc de loin en scrutant les alentours. Une fois arrivée sur place, direction le rayon lingerie. De mon côté, je vadrouillais dans les rayons adjacents l’air de rien, tout en gardant un œil sur elle. Les minutes passaient et elle regardait sa montre de plus en plus régulièrement : 15h35 ... 15h40 ... 15h45 ... 15h48 ... 15h51 ... 15h53 ... 15h55 ... 15h58 ... 16h ...
    
    Après avoir vérifié une dernière fois que personne ne guettait, je m’approchai d’elle d’un air faussement distrait, regardant les différentes parures.
    
    — Oh bonjour
    
    — Bonjour ... Louis ... c’est ça ?
    
    — Oui c’est bien ça Martine
    
    Je commençais à parler de tout de rien, et sa gêne allant crescendo m’amusait. Elle voulait assurément ne pas être vue en charmante compagnie. Au bout d’une dizaine de minutes, après une forte inspiration je lui dis :
    
    — Martine, Gabrielle, c’était moi.
    
    — Ooooh
    
    — Je sais, ce n’était pas très élégant de ma part.
    
    — Oui, enfin disons que l’usurpation d’identité n’est pas vraiment une bonne approche. Je peux te tutoyer ?
    
    — Oui bien sûr, si je peux également. Je te présente mes excuses mais tu me plais beaucoup. J’apprécie énormément ta féminité.
    
    — Tu aimes les vieilles ?
    
    — Je te trouve encore drôlement bien conservée, bien mieux que la plupart des quarantenaires voire de trentenaires.
    
    — Merci du compliment. Je suis rassurée que ce soit toi. J’avais peur d’être tombé sur le dernier des pervers.
    
    — Attention, ce n’est pas parce que tu me connais ...
«1234»