1. Rencontre avec une inconnue


    Datte: 30/06/2020, Catégories: fh, inconnu, Oral pénétratio, Auteur: Apalka

    Voici un texte que j’avais écrit il y a quelques temps pour une femme et dont j’aimerais vous faire part. Bonne lecture.
    
    Mon cœur bat désormais fort dans ma poitrine. Ça y est, je vais enfin te rencontrer, Christine.
    
    En arrivant devant ta porte, je suis tiraillé entre deux envies : celle d’entrer pour enfin pouvoir contempler ton délicieux visage, et celle de partir en courant tellement la peur m’envahit. Je prends mon courage à deux mains et toque à la porte. Trois coups. Toc Toc Toc.
    
    — J’arrive ! cries-tu.
    
    Ta voix, jusqu’alors inconnue, m’apparaît soudain. Mon sang bout. Tes pas s’approchent, j’entends tes talons marteler le sol au rythme de tes pas. La serrure tourne avec un bruit métallique. La porte s’ouvre. Tu m’apparais.
    
    Un instant, je crois que je viens de faire une crise cardiaque et que tu es un ange venu m’accueillir au paradis. Mais je me ressaisis, un ange ne peut pas être aussi sexy, c’est ridicule. Malgré mon stress, j’arrive à articuler un bonjour. Tu me souris, et me rends mes salutations. Puis tu m’invites à entrer. En passant à côté de toi, je sens ton parfum. Celui-ci enivre mes sens et l’atmosphère chaude régnant ici commence à m’exciter avant l’heure.
    
    — Tu veux boire quelque chose ? me proposes-tu.
    — Un simple verre d’eau, merci.
    
    Tu m’invites à m’asseoir sur le canapé, ce que je fais sans attendre. Tu nous sers deux verres et viens t’asseoir en face de moi.
    
    Tu brises le silence. Nous parlons de choses et d’autres, nous parlons et parlons encore. Je suis littéralement hypnotisé par tes lèvres, si finement maquillées, si pulpeuses, si belles. Le silence retombe.
    
    Tout en buvant, nous nous regardons dans les yeux. Je crois que c’est au final eux qui me troublent le plus, leur intensité, leur profondeur. La tension est palpable, mais le silence règne… Un peu comme le calme avant la tempête. Nous nous fixons toujours.
    
    Assis dans mon fauteuil, j’essaie de camoufler mon excitation. L’aurais-tu remarquée ? Je ne sais pas, mais tu te lèves. Tu te diriges vers moi d’un pas décidé, poses ton verre sur la table basse en passant, et t’assieds finalement sur mes cuisses, jambes écartées, face à moi.
    
    Je ne sais plus quoi faire, je veux articuler un mot. Tu me souris, passes tes bras autour de mes épaules, approches ton visage et m’embrasses. C’est d’abord un baiser timide, je sens le contact de tes lèvres, et cette douce caresse me rend plus entreprenant.
    
    Je glisse mes mains sur ta taille, puis sous ton tee-shirt. Je caresse ton dos pendant que je tente de jouer avec ta langue. Je glisse dans ta bouche. Je ne sais pas combien de temps dure ce baiser si sensuel, mais il me semble ne jamais finir, et j’espère secrètement qu’il ne finisse jamais…
    
    Tout en poursuivant notre baiser, tu déboutonnes ma chemise. Nous nous séparons un court instant pendant lequel j’ôte ton haut. Tu défais totalement mon haut et le jettes par terre. Nous reprenons notre baiser. Mes mains montent peu à peu vers tes seins. Je les ...
«123»