1. Toutes des petites salopes (6)


    Datte: 30/06/2020, Catégories: Trash, Auteur: Botran

    Encore épris de notre jouissance, nous nous pressâmes néanmoins de nous rhabiller pour éviter d’être surpris. Magalie se rinça le visage à l’eau du robinet, et je remontai prestement mon bermuda tout en allant ouvrir la fenêtre de la cuisine pour effacer toute cette odeur de sexe.
    
    J’entrepris alors de remonter les collants de Mag et de lui réajuster sa jupe. Les deux étaient tâchés de sperme mais les traces commençaient à devenir plus discrètes, on ne voyait que deux ou trois zones de tissu ou de nylon qui semblaient briller ici et là.
    
    Magalie eu juste le temps de se recoiffer un peu et de s’essuyer le visage que nous entendîmes Jenifer descendre les escaliers. Le son d’un tiroir de la commode à chaussures qui s’ouvre puis un claquement de porte nous indiqua qu’elle était partie. Au moins, nous évitions qu’elle nous voit encore tout essoufflés.
    
    Nous montâmes à l’étage en faisant un petit passage par la salle de bain, histoire que Magalie se refasse une beauté et pour nous brosser les dents. Ma mère était sûrement en train de choisir sa tenue dans sa chambre. Il faisait relativement frais dehors pour un mois de septembre, mais une paire de collants avec une jupe ou même une robe longue aurait amplement fait l’affaire. Au lieu de ça, nous aperçûmes ma mère dans une tenue beaucoup plus stricte tandis que nous sortions de la salle de bain. Elle portait un pantalon noir en toile, sûrement une taille trop grande, largement évasé, et ne lui donnant aucune forme. Un haut vert en tweed immonde et à manches longues finissait d’annihiler toute trace de féminité chez ma génitrice. Avec une silhouette, certes fine, mais très agréable à contempler, ma mère faisait un véritable massacre de son corps.
    
    Même Magalie se sentit obligée d’intervenir :
    
    — Jessica, vous n’avez pas chaud comme ça ? demanda-t-elle hésitante.
    
    Ma mère se retourna brusquement, comme si elle remarquait seulement notre présence.
    
    — Oh non ce sera très bien, c’est juste pour sortir le dimanche.
    
    — Je sais mais peut-être que vous serez plus à l’aise dans une robe légère, surtout pour les essayages, plus simple à enlever, et plus simple à remettre.
    
    Ma mère se mit à rougir légèrement et à esquisser un sourire gêné, de sorte que Mag n’insista pas davantage.
    
    — Mais vous êtes tout de même très bien comme ça, reprit-elle.
    
    — Merci ma belle.
    
    — Si vous voulez je vous aiderai à trouver quelque chose, on pourrait se conseiller mutuellement toutes les deux d’ailleurs, proposa-t-elle.
    
    — Oh oui avec grand plaisir. Ça me manque les séances shopping de ma jeunesse…
    
    — Raison de plus, ça vous fera du bien. On y va ?
    
    Elle se retourna vers moi pour me poser la question.
    
    — Après vous mesdames, dis-je pompeusement en m’inclinant.
    
    Elles rigolèrent toutes les deux et nous descendîmes au RDC pour accéder à la porte du garage.
    
    Nous prîmes la route et arrivâmes assez rapidement à la zone commerciale environnante. Il était tout juste 14h passées. Nous étions parfaitement ...
«1234»