1. Au salon de coiffure


    Datte: 27/06/2020, Catégories: Lesbienne Première fois Auteur: sexag

    Arrivée au salon, je me présente à l’accueil.
    
    « Bonjour, madame Langlois, j’ai rendez-vous avec Sophie »
    
    « Excusez-nous madame Langlois mai Sophie a dû s’absenter je vous propose Elodie que voici »
    
    « Bonjour madame je suis Elodie »
    
    Elodie est une belle plante, rousse, un peu enrobée diraient certaines mais agréable à regarder. Une poitrine généreuse dilate son corsage et en allant au shampoing, je remarque une belle croupe habillée d’une jupe mini noire sur des jambes gainées de collants ou de bas noirs.
    
    Je m’installe au poste de shampoing et Elodie commence son travail accompagné de longs massages
    
    Un peu d’eau coule dans mon cou et Elodie en s’excusant, m’essuie lentement en effleurant mon corsage avec insistance. Curieux ! mais bon, peut-être un geste maladroit.
    
    Nous passons au salon et pendant la coupe, discutons de choses et d’autres en commentant un article du magazine que je feuillette.
    
    Au moment de travailler ma frange, Elodie s’assoit sur une de mes cuisses et je sens qu’elle se frotte langoureusement. La position lui a fait relever sa jupe dévoilant un haut de cuisse couvert de dentelle attachée par un petit nœud rose. Elle doit avoir un porte jarretelle :
    
    Les mouvements se font plus pressants et je sens que ma cuisse s’humidifie. Mon regard enfoui dans son corsage, je lève la tête croise le regard d’Elodie mais sans réaction.
    
    Donc elle s’est masturbée pendant son travail.
    
    « Voilà madame Langlois. Etes-vous satisfaite ? » Je pense qu’elle parle de la coiffure.
    
    « Oui très bien, merci »
    
    En me levant du fauteuil, je jette un œil à ma jupe qui porte une légère trace humide.
    
    Elodie m’époussette les quelques cheveux restés sur mon corsage et cette fois, elle ne fait pas qu’effleurer ma poitrine, elle lui imprime une caresse. Je sens mes tétons se raidir. Sans attendre, je passe à la caisse. C’est Elodie qui prends ma carte bleue et en me la rendant, griffonne sur le ticket de caisse. Apparemment un numéro de téléphone suivi « d’après 19h » Je la fixe dans les yeux mais elle ne bronche pas.
    
    « Aurevoir madame Langlois » « Aurevoir tout le monde. »
    
    Dans le taxi qui me ramène à mon appartement, je repense à cette séance de coiffure avec un léger sourire et une pointe d’excitation Ma chatte doit être mouillée, je passe la main sous ma jupe en écartant mon string et effectivement mes doigts s’engluent dans mon jus. J’ai envie de sucer ma mouille. L’envie de me masturber s’arrête nette car le taxi est arrivé à destination.
    
    Je décide de ne pas rentrer tout de suite et me promène nonchalamment dans l’avenue en faisant du lèche vitrine. En passant devant un magasin de chaussures, je m’arrête. Une vendeuse est entrain de refaire l’étalage. Accroupie, elle offre une vue particulièrement plongeante sous sa jupe et je remarque qu’elle n’a pas de culotte. Mon regard insiste, elle s’en aperçoit et se relève pudiquement. Je décide d’entrer dans le magasin et attends que la vendeuse de la vitrine soit libre ...
«1234»