1. Je suis devenu la femme de mon épouse


    Datte: 12/03/2018, Catégories: BDSM / Fétichisme Première fois Transexuels Auteur: nadiatvx

    Ma femme Nadia lâche la cravache et me caresse les fesses, mes pauvres fesses… Elle va s’asseoir sur le lit, écarte les jambes, sa jupe courte, remonte… Elle n’a pas de slip.
    
    Son regard lubrique….
    
    - Viens servir ta Maîtresse !
    
    Je tombe à genoux devant elle, devant cette chatte qui mouille déjà, cette odeur de femelle. J’embrasse ses cuisses douces et parfumées jusqu’à ce qu’elle m’autorise, d’un claquement de doigt, à accéder à son trésor : sa chatte.
    
    Je commence par embrasser ses lèvres si douces, je vois devant moi son clitoris. Qu’il est beau, énorme, il dépasse mon petit zizi de mari soumis ! Je le saisis doucement, je le suce, le fais encore grossir. Elle grogne, fait tourner ses hanches.
    
    - Tu es une salope Karim, tu aimes cela, tu dois adorer sucer des bites ! N’oublie pas que tu n’es plus Karim l’homme, mais Karima la femme ! Tu sais bien que tu resteras avec moi, tu seras MA FEMME !
    
    Ma femme sera Mon mari ! Elle a raison ! Mais comment en suis-je arrivé là ?
    
    J’étais artiste peintre, j’aimais à me présenter comme « artiste maudit »… Le terme est joli mais la faim, la pauvreté, le froid… Et la reconnaissance qui n’arrivait pas ! J’avais rencontré Nadia qui me semblait une étoile inaccessible. Elle était belle, riche et elle s’intéressa à moi. Elle ne me considérait pas comme un homme, mais plutôt comme un jouet dont elle abusait. Comme elle travaillait, elle me demanda de m’occuper du ménage :
    
    - Après tout, c’est toi la femme au foyer !
    
    Elle ...
    ... avait raison, je lui devais bien cela, et puis cela ne me dérangeait pas. J'avais toujours aimé cela, une maison propre... Je crois pouvoir dire que je faisais bien mon travail à la maison… mais nos relations ont commencé à évoluer. Elle n’avait jamais été tendre, mais elle devint dure, cassante, elle ne me demandait pas de.., elle m’ordonnait !
    
    Dans un premier temps, cela me choqua et je puis je m’habituais. Elle avait raison ! Qui ramenait la paye, qui restait à la maison ? Qui était l’homme… Sûrement pas moi ! Même dans nos ébats amoureux, c’est elle qui dominait, qui me montait dessus, c’est elle qui me faisait l’amour. Et puis un soir de septembre… Elle rentra tard, fatiguée… Je lui apportais son whisky, selon notre coutume. Je m’étais fait beau pour elle, mon vieux costume, mais je n’avais que celui là.
    
    - Pourquoi dépenser de l’argent, tu ne sors jamais de la maison !
    
    Elle me regarda d’un œil critique et me désigna une tâche sur mon pantalon. Je lui expliquais que les travaux domestiques…
    
    - Eh bien, tu n’as qu’à mettre un tablier !
    
    - Mais je n’en ai pas !
    
    - Tu n’as qu’à mettre celui de la bonne !
    
    Quand elle vivait avec son père, ils avaient des domestiques.
    
    - Mais c’est un tablier de femme !
    
    - Eh alors, un : nous sommes seuls, et deux : c’est toi la femme au foyer, non ?
    
    Elle avait raison, je cédais et pour la première fois ce soir là, je servis le repas avec un joli tablier de dentelles. Elle me regarda travailler, aller et venir et son ...
«1234»