1. Le journal érotique de Maud (3)


    Datte: 17/11/2023, Catégories: Partouze / Groupe Auteur: Micky

    Lundi
    
    Voilà deux jours que j'ai posé ma valise dans un hôtel club du sud de la France, au bord de la Méditerranée. Après avoir longtemps hésité, j'ai fini par opter pour cette solution, moins onéreuse que le club Med bien que pas bon marché pour autant. Mais j'avais trop besoin de vacances, fussent-elles solitaires. En définitive, ce sera une semaine ici et une autre dans un groupe de cyclistes pour sillonner la Bretagne. J'ai coupé la poire en deux.
    
    Le club Med m'intéressait moyennement parce que j'ai pensé au film "les bronzés" et je ne me sentais pas de me retrouver dans la peau d'une solitaire en recherche de mâle comme caricaturée dans le film. Bon, soyons honnête, je suis un peu dans le déni et cet hôtel club ressemble bien par certains côtés à ce que je ne voulais pas. Mais je ne m'y sens pas mal pour autant.
    
    Je dois d'abord préciser que j'ai eu l'opportunité de partager ma chambre avec une autre femme, désireuse comme moi de limiter les frais. Ce que je perds en intimité, je le gagne en compagnie et je dois reconnaitre que je suis bien tombée. Coralie, c'est son prénom, est une fille de mon âge à deux ans près (plus jeune), séparée comme moi de son mec qui l'a cocufiée elle aussi. En revanche, elle ne me ressemble pas physiquement. Elle est du genre baraqué mais pas grosse, plutôt musclée car c'est une sportive. Elle m'a entrainée sur les courts de tennis de l'hôtel et me met de belles volées mais avec le sourire. On s'est vite comprises. "Je suis venue ici ...
    ... pour le sport, mais pas que", m'a-t-elle dit avec un clin d'oeil. Et d'ajouter : "je suis ici pour baiser et le plus tôt sera le mieux". Je ne pouvais pas dire autre chose et on s'est promis de ne pas marcher sur nos plate-bande.
    
    Dès le premier soir, on s'est retrouvées toutes les deux à une table de dix avec d'autres résidents très variés. Il n'y avait là qu'un seul couple, d'âge mûr, Françoise et Gérard, très sympas. Tous les autres étaient seuls : Delphine, une jolie rousse d'une trentaine d'années qui m'a tout de suite fait de l'oeil (j'en ai conclu qu'elle était lesbienne), Kevin, très maniéré et visiblement homo, Magali, une quinquagénaire menue mais dynamique qui évoluera probablement sur notre terrain de chasse et trois mecs : un costaud barbu, un peu faunesque mais jovial (Jules), un maigrichon d'une vingtaine d'années à peau pâle, visiblement complexé (Louis) et un brun aux yeux bleus (Maxime), bien balancé, d'à peu près trente ans ou plus, silencieux mais attentif, qui m'a tout de suite plu. On s'est tous retrouvés en boite le soir même, sauf le couple plus âgé. On a continué à faire connaissance le lendemain au cours d'une excursion en car dans l'arrière pays avant de se retrouver autour de la piscine, à l'intérieur du "compound", pour vérifier nos anatomies. Je crois pouvoir dire que mon bikini minimaliste a fait impression, mais je me suis retrouvée un peu godiche, paradoxalement. Françoise, Coralie et Magali étaient allées bronzer nues dans l'enclos réservé à ...
«1234»