1. Maman...pourquoi es tu aussi salope ? (7)


    Datte: 15/01/2018, Catégories: Zoophilie, Auteur: antonin mordore

    Le vieil homme s’approcha de la femme qui était nue et attachée contre une souche d ‘arbre. Il lut avec circonspection le message écrit.
    
    “ Mon dieu, mais qu’est ce que c’est que ce foutoir ? Ça va Madame ? C ‘est un "jeu", vous êtes consentante ?
    
    — Oui...vous pouvez faire tout ce que vous voulez, mais après il faudra me détacher...je commence à être un peu ankylosée, et je n’aimerais pas passer la nuit ici …
    
    — Tout...tout...c’est vite dit ! J’ai 85 ans moi ! C’est quand même dommage, à 10 ans près ...Par contre...vous avez bien dit tout ? Je veux pas avoir de problèmes , moi , vous comprenez !
    
    — Tout !! “
    
    Le vieil homme regardait son chien en laisse, qui semblait très intéressé par l’entrejambe ouvert de la femme allongée sur le sol . Il laissa alors un peu de longe à l’animal qui, attiré par les effluves de mouille et de sperme, qui se dégageaient de la vulve de la femme offerte, vint placer son museau sur le sexe béant. Aussitôt Josiane exhala un long gémissement de satisfaction. Elle venait de sentir le souffle chaud du chien sur ses lèvres intimes, et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela lui faisait beaucoup d’effet. Josiane ressentait cette excitation maintenant familière, ce gonflement de ses nymphes, cette boule dans l’estomac et dans la gorge, qui lui faisait dire que tout son corps réclamait sa part de plaisir sexuel intense.
    
    Josiane avait bien entendu parlé de zoophilie, elle savait que c’était une pratique peu courante qui existait ...
    ... néanmoins… Avant sa "vraie vie de femme libérée", soit environ deux heures auparavant, l’idée ne lui serait jamais venue… il faut dire qu’elle n’avait pas pensé non plus se faire un gang bang avec 5 ou 6 jeunes, ni coucher avec son propre fils ! Alors là ...cette occasion, pouvait-elle se refuser ? En plus le fait d’être attachée et aveuglée, livrée sans défense au chien, puisque son maître était HS, vu son âge “canonique”, n’en était que plus savoureux  !
    
    Haletante, sous les coups de langue généreux que lui prodiguait l’animal, Josiane réussit à dire dans un souffle rauque :
    
    “ Lâche le ton clébard...qu’il me baise ! “
    
    Aussitôt dit, aussitôt fait ! Le vieux libéra son chien, un Golden retriever d’environ 35 kilos, qui se jeta littéralement sur le sexe de Josiane…
    
    “ Putain, mais c’est quand même une sacrée salope ta mère ! Elle accepte de se faire baiser par ce chien qu’elle ne voit même pas ! Et toi tu filmes tout ça, petit saligaud pervers ! “ Dit Henriette, ne détachant qu’à grand peine son regard du portable .
    
    Henriette, un grand sourire aux lèvres, regardait Luc, qui penaud, lui, regardait ses pieds.
    
    “ Allez, n’aie pas honte ! Je n’ai jamais vu de spectacle plus excitant ! Bon sang, je ne regrette pas de t’avoir confisqué ton portable ! Alors, on n’est pas bien tous les trois là, à se fumer une clope, boire du whisky et mater la vidéo zoophile de ta mère ! Tu sais quoi ? La prochaine interro, tu as 15 d’office, même si tu m’écris les mêmes conneries que ...
«123»